Villepin: la communauté internationale doit adresser "un message fort" à l'Iran

Publié le par rezeid

SALZBOURG (Autriche)  La communauté internationale, unie, doit adresser un "message fort" à l'Iran sur ses obligations de non-prolifération nucléaire, a déclaré le Premier ministre français Dominique de Villepin, jeudi soir à Salzbourg (centre), alors que le chancelier Wolfgang Schüssel, président de l'UE, pressait Téhéran d'accepter une offre de compromis russe.

Interrogé sur la réunion du 30 janvier à Londres des ministres des Affaires étrangères de la France, du Royaume-Uni, des Etats-Unis, de la Chine, de la Russie et de l'Allemagne, il a déclaré à la presse: "La perspective d'une réunion du Conseil de sécurité (de l'Onu) c'est le bon moyen pour montrer qu'il y a une limite à ne pas franchir".

 

"Il y a complémentarité entre les prérogatives et les responsabilités de l'AIEA et les responsabilités du Conseil de sécurité", a dit le Premier ministre français à l'adresse des Russes et des Chinois.

 

Moscou et Pékin hésitent à appuyer une demande occidentale de saisir les Nations unies à New York, lors du Conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) des 2 et 3 février.

 

"Notre position constante avec nos partenaires européens, c'est la volonté de tout faire pour que l'Iran respecte pleinement ses obligations", a-t-il souligné à propos de la reprise de l'enrichissement d'uranium en Iran.

 

"Nous verrons comment se passe la réunion du Conseil des gouverneurs, mais ce qui est clair, c'est que compte tenu de la reprise unilatérale par l'Iran de ses activités, nous avons l'obligation d'agir", a ajouté le chef du gouvernement français tout en soulignant: "L'important c'est de maintenir l'unité de la communauté internationale sur ce dossier".

 

M. de Villepin parlait aux côtés du chancelier Schüssel à la veille d'un colloque sur l'avenir de l'Union européenne à Salzbourg, le jour du 250e anniversaire de la naissance de Mozart.

 

Le président en exercice autrichien du Conseil européen a, lui, estimé qu'il existe "une solution simple" pour l'Iran basée sur trois points.

 

Téhéran doit d'une part accepter la proposition de la Russie d'enrichir de l'uranium iranien uniquement en territoire russe, d'autre part revenir au statu quo en gelant les activités liés à l'enrichissement, et enfin accepter les "offres attractives et raisonnables" de l'UE de large coopération économique.

source: www.yahoo.fr

Publié dans Politique extérieur

Commenter cet article

greenspan 30/01/2006 03:09

Pour être crédible face à l'Iran et face au monde arabe, avant de faire tout ce tintamare car l'iran dispose d'une centrale nucléaire, il conviendrait de demander l'application de l'ensemble des résolutions des nations unies concernant Israel et la palestine... Et il faudrait dans le même temps se demander ... pourquoi l'état d'Israel a le droit de disposer de tout un arsenal de bombes atomiques sans que les démocraties européennes s'en émeuvent.

Cette politique de deux poids, deux mesures au proche orient décrédibilise complètement le parti pris et le point de vue occidental dans le monde !!!

Le monde n'est pas dupe !
A bon entendeur les politicars sionistes et atlantistes ! On vous a à l'oeil ! On vous reconnait à vos discours lénifiants et hypocrites ! Cessez de nous prendre pour des cons !
Greenspan