Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin unis pour isoler François Bayrou

Publié le par rezeid

Pour une fois, ils sont d'accord. Dominique de Villepin et Nicolas Sarkozy partagent une stratégie commune : isoler François Bayrou et en parler le moins possible. Alors que le président de l'UDF réunit ses militants en congrès samedi 28 et dimanche 29 janvier à Lyon, pour trancher la question de l'indépendance de l'UDF et de son positionnement ni de droite ni de gauche, les deux rivaux de l'UMP gardent un silence obstiné sur la stratégie du probable candidat centriste à l'élection présidentielle de 2007.

A ce jour, le président de l'UMP n'a jamais parlé de son homologue de l'UDF. L'y encourage-t-on, qu'il fait de la main droite le geste de lâcher un objet sans valeur. "On n'en parle pas", dit-il. Il n'hésite pas, à chacune de ses interventions, à rappeler que l'UMP est "le parti de la droite et du centre", comme si tous les centristes avaient rejoint l'UMP lors de sa création, en mai 2002. Le premier ministre préfère l'ironie. Interpellé fin juillet sur la fronde du centriste à propos de la vente des sociétés d'autoroute, M. Villepin avait répondu : "Je rappelle à l'intention de François Bayrou le numéro du standard de Matignon, il peut m'appeler quand il le souhaite." Pour les deux hommes, il s'agit d'éviter tout affrontement direct qui pourrait donner du crédit au positionnement du président de l'UDF et renforcer son image de "martyr" de l'UMP.

Dominique de Villepin et Nicolas Sarkozy ne se désintéressent pas pour autant du sort de l'UDF et de ses élus. Le premier a pointé que tous n'avaient pas suivi le mot d'ordre donné par M. Bayrou de voter contre le budget 2006. Le second, engagé dans son aventure présidentielle, sait qu'il aura besoin d'un apport de voix de l'UDF entre les deux tours. Aussi prend-il soin de ménager les élus centristes du conseil général des Hauts-de-Seine, qu'il préside.

"CONGRÈS SPECTACLE"

M. de Villepin, lui, peut compter sur une carte supplémentaire : il possède, en la personne de Gilles de Robien, ministre de l'éducation nationale, la preuve que l'UDF n'est pas tout entière rangée derrière la stratégie de son président. Certes, M. de Robien est minoritaire chez les adhérents du parti qui, dimanche, prendront fait et cause pour M. Bayrou. Mais, par sa seule présence, il incarne une alternative.

Ancien directeur de campagne de François Bayrou en 2002, M. de Robien veut ancrer le parti centriste dans la majorité. Après avoir demandé un vote des militants pour vider cette querelle, il refuse à présent ce qu'il appelle "un congrès spectacle" qu'il sait perdu d'avance pour ses thèses. Son espoir : contraindre, par son absence, son adversaire à un triomphe sans gloire et récupérer ce qui restera de l'UDF lorsque M. Bayrou l'aura, comme il le suppose, "conduit dans une impasse". "Je ne pourrais pas rester inerte devant cette tentative d'éloigner l'UDF de la majorité", confie-t-il, ajoutant : "Il faut que l'opinion publique sache qu'à l'UDF il y a des gens loyaux."

En promouvant autant qu'il le peut le seul ministre UDF, M. de Villepin fait en sorte de crédibiliser cette alternative. Il lui semble qu'elle rencontre des sympathies dans l'électorat centriste, réputé moins "bayrouiste" que les militants. Quant à l'UMP, elle ne voit pas d'un mauvais oeil l'opposition à M. Bayrou. M. de Robien sera "sans doute convié", dit l'entourage de M. Sarkozy, à la convention sur l'école de l'UMP prévue fin février.

M. de Robien pense avoir "créé un débat qui rassure les militants" et permet aux plus modérés d'entre eux de "rester dans la famille". Un sondage BVA pour L'Express du 26 janvier (réalisé du 19 au 21 janvier auprès d'un échantillon représentatif de 1 085 personnes), révèle que seuls 4 % des sondés sont prêts "à voter Bayrou", soit moins que son score en 2002 (6,84 %). Conclusion du ministre : "La stratégie de Bayrou est perdante."

source: www.lemonde.fr

Publié dans Sarkozy--Villepin

Commenter cet article

greenspan 30/01/2006 02:59

A mon sens, la constitution et le maintien de l'UMP... ce grand pot pourri des opinions de droite qui va du centre droit (avec de villepin) aux lisières de l'extrême droite avec Sarkozy, le hongrois naturalisé me semble jouer contre les intérêts bien compris de la france !

François bayrou a probablement raison de vouloir se démarquer de ce parti fait d' alliances contre-nature et il y a probablement un avenir pour un grand parti centriste dynamique en france !!!

Bien sûr pour cela, encore faudrait-il que politiquement le centre n'hésite plus à faire entendre sa voix et à se démarquer du pot pourri de l'UMP !

Il y a de la radicalité et du bon sens à être du centre, si l'on comprend qu'au centre aussi, il y a une radicalité et des choix claires à promouvoir !!!

Tout ce qui pourra ou pourrait diminuer l'influence et la main mise de Sarkozy et des sarkozistes sur l'avenir de la France est assurément, à mon sens, à promouvoir et dans ce sens espérons que françois bayrou saura faire évoluer son projet et se démarquer du pot pourri de l'UMP, aujourd'hui monopolisé par l'andouille hongroise de Sarkozy !!!

N'en déplaise à De villepin que j'aime bien, mais sur ce coups là, je soutiendrai plutôt le point de vue de bayrou que le comique inconsistant de sarkozy !!!

greenspan

julien 28/01/2006 18:00

Bravo pour ton blog, j'aime bien et je dis vive l'UMP!! bravo