Accoyer : «Le contraire des emplois précaires»

Publié le par rezeid

Bernard Accoyer, président du groupe des députés UMP, affirme que «le CPE vise à lutter contre la précarité, qui est la situation actuelle».

LE FIGARO. – Face aux attaques conjuguées de la gauche et de l'UDF, comment l'UMP va-t-elle défendre le CPE ?

Bernard ACCOYER. – Nous défendrons l'ensemble du projet de loi sur l'égalité des chances avec conviction et détermination, car notre priorité, c'est l'emploi. Avec près d'un jeune sur quatre au chômage en France, le mal est insupportable. D'autant que le parcours d'accès des jeunes à l'emploi est interminable et extrêmement précaire, les jeunes multipliant les stages, les intérims et les CDD, dont les plus nombreux sont d'une durée d'un mois. Devant cette situation, le gouvernement Villepin innove avec audace. Contrairement à ce que disent ceux qui s'y opposent, le CPE est un vrai contrat de travail avec un vrai salaire, il offre de vraies garanties à la formation, à l'accès au logement, au crédit et à l'indemnisation du chômage. Quel CDD propose de telles garanties ? C'est le contraire des emplois précaires et artificiels, financés temporairement par l'Etat, que la gauche a jadis proposés avec les «emplois jeunes». J'observe d'ailleurs que la gauche ne propose rien de nouveau et revient toujours à ses vieilles recettes. En attaquant le CPE, la gauche ment à la jeunesse une nouvelle fois. Le CPE vise à lutter contre la précarité, qui est la situation actuelle.


Craignez-vous une longue bataille d'amendements ?


Depuis le début de la législature, la gauche a constamment opposé aux grandes réformes des «murs d'amendements», selon la formule de Jean-Marc Ayrault. Cela a été le cas pour les réformes des retraites, de l'assurance-maladie, de l'aménagement du temps de travail. La gauche ne sait pas se départir de son idéologie pour entrer dans un vrai débat de fond. Elle préfère gesticuler, bloquer le travail parlementaire. Je préférerais entendre un PS avec de vraies propositions crédibles pour lutter contre le chômage des jeunes, plutôt qu'un PS à la remorque de l'extrême gauche.


Craignez-vous une forte mobilisation contre le CPE ?

A chacun ses objectifs et ses méthodes. Nous, députés UMP, nous allons continuer à faire notre travail d'explication et de pédagogie afin de répondre aux caricatures et aux contre-vérités assénées par la gauche. Il faut que les jeunes soient sur leurs gardes face à une nouvelle tentative d'instrumentalisation des présidentiables socialistes engagés dans une course à la surenchère.


Le président Jacques Chirac reçoit pour la première fois demain l'ensemble des parlementaires UMP. Veut-il restaurer son autorité sur sa majorité ?


A aucun moment l'autorité du chef de l'Etat n'a été remise en cause. Jacques Chirac reste au coeur de l'action politique. Il écoute, il échange, il décide. C'est le rôle du président de la République de maintenir le cap et de rappeler que 2006 doit être avant tout une année de travail et d'action au service des Français. Il appartient à chacun d'être fidèle à son engagement et ne pas «zapper» 2006.

source: www.lefigaro.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article