Arcelor: Villepin et Juncker accordent leurs violons

Publié le par rezeid

Dominique de Villepin et Jean-Claude Juncker se sont mis d'accord mercredi matin sur une réponse commune de leurs gouvernements à l'OPA hostile de Mittal Steel sur Arcelor, selon le Premier ministre luxembourgeois.

"Nous avons accordé nos violons sur les réactions à avoir suite à l'opération hostile de Mittal sur Arcelor", a déclaré M. Juncker, reçu pendant une heure par son homologue français.

Les deux hommes ont fait un "tour d'horizon" de l'actualité en Europe et au Moyen-Orient, selon le Premier ministre luxembourgeois. "Sur tous ces points, nous sommes d'accord", a-t-il dit.

Le Grand-Duché, premier actionnaire d'Arcelor avec 5,6% des actions, a rejeté mardi l'offre publique d'achat non sollicitée de Mittal Steel, numéro un mondial de l'acier, sur le groupe européen, issu de la fusion en 2002 entre le Français Usinor, le Luxembourgeois Arbed et l'Espagnol Aceralia.

Le porte-parole du gouvernement français Jean-François Copé a appelé mercredi les actionnaires d'Arcelor à la "vigilance". "Nous sommes dans une économie ouverte", mais "respecter les règles du jeu de la concurrence, ça ne veut pas dire qu'on doit laisser faire tout et n'importe quoi", a-t-il déclaré lors du compte-rendu du Conseil des ministres.

"Nous sommes vigilants face à cette OPA hostile", a-t-il ajouté. "Nous appelons les actionnaires d'Arcelor à être attentifs au projet économique et stratégique que Mittal va leur soumettre". Car "on s'interroge sur ce que peut être le projet industriel. Y'en a-t-il un? Quel est-il?".

En tout état de cause, cette affaire "doit inciter nos entreprises à consolider leur capital et à développer l'actionnariat salarié", a estimé M. Copé, qui a rappelé qu'un projet de loi sur l'actionnariat salarié était en préparation et serait "prochainement présenté au Parlement".

Interrogé mardi soir sur France-2, Dominique de Villepin a lui aussi rejeté l'offre "très inamicale" de Mittal Steel sur Arcelor. Cette offre est "peu satisfaisante dans la forme" et "pose problème sur le fond", selon lui. Les deux gouvernements déplorent l'absence de projet industriel de la part du groupe indien.

Après cet entretien à Matignon, Jean-Claude Juncker sera reçu à 15h par le président Jacques Chirac à l'Elysée.

source: www.boursorama.com

Publié dans dominiquedevillepin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article