Dominique de Villepin explique le CPE aux jeunes sur internet

Publié le par rezeid

Dominique de Villepin a choisi internet pour poursuivre sa campagne d'explication sur le contrat première embauche (CPE), qui suscite un tollé de la gauche et des syndicats.

Devant un fond bleu, où était inscrit son slogan "la bataille pour l'emploi, le Premier ministre a répondu aux internautes lors d'un "chat" vidéo d'une cinquantaine de minutes. Plus de 5.000 questions lui avaient été posées à l'avance.

"Merci de me donner cette chance d'expliquer le CPE", a dit Dominique de Villepin.

"Le CPE, a répété le chef de gouvernement, c'est un vrai CDI, avec une vraie rémunération. Nous sommes très loin des sous-contrats ou des smics-jeunes dont on entend parler".

Le Premier ministre a souligné avoir voulu apporter des "réponses" et des "garanties" en matière de formation.

Dénonçant un "goût de l'idéologie" en France, il a dit vouloir agir avec "pragmatisme".

Pour le chef du gouvernement, "on n'a pas tout tenté dans la lutte contre le chômage" et "il faut se doter de moyens nouveaux".

"Je suis convaincu que le contrat nouvelles embauches et le contrat première embauche feront la différence", a-t-il ajouté.

Dominique de Villepin s'est employé à rassurer les plus jeunes, qui lui ont fait part de leurs inquiétudes sur une possible précarisation des emplois.

"Il faut éviter les risques de détournement de ces contrats et les abus", a-t-il dit.

"NOUS NE PERDONS PAS DE TEMPS"

Le Premier ministre a annoncé qu'il réunirait "prochainement" les banques pour "vérifier la bonne application du dispositif" concernant l'aide au logement qui accompagne le CPE. "Nous serons soucieux de l'effectivité de ce que nous annonçons", a-t-il promis.

Dominique de Villepin a précisé que le CPE serait disponible "dès que le Parlement aura voté la loi, dès qu'elle sera promulguée", c'est-à-dire à la fin du mois de mars.

"Nous ne perdons pas de temps, ce qui nous vaut un certain nombre de critiques. Si je n'étais pas convaincu de l'urgence qu'il y a à agir, j'irais moins vite, mais cette urgence nous oblige", a-t-il dit.

A une internaute qui dénonçait "une vaste fumisterie qui ne profitera qu'aux patrons", le Premier ministre a répondu ne pas croire "qu'une entreprise qui a décidé d'accompagner un jeune pendant deux ans aura intérêt à l'écarter".

"Le CNE donne déjà des indications. Dans la majorité des cas, les contrats ne sont pas rompus. Il s'agit bien de consolider les emplois", a-t-il assuré.

Le Premier ministre a décidé de multiplier les exercices pédagogiques avant la journée d'action nationale de la gauche et des syndicats contre le CPE le 7 février.

Il sera vendredi à Troyes, dans l'Aube, pour un déplacement consacré à l'emploi et à la formation des jeunes.

Dimanche, Dominique de Villepin sera l'invité de l'émission politique d'Europe 1.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

devilliers 03/02/2006 14:39

Oui au CPE BIEN SUR
Cordialement