Dominique de Villepin reste secret sur ses intentions pour 2007

Publié le par blogvillepin@yahoo.fr

 Dominique de Villepin, qui continue de maintenir le mystère sur ses intentions pour l'élection présidentielle de 2007, juge que toute réflexion sur le sujet est "trop compliquée" pour lui.

Le Premier ministre, qui était dimanche l'invité du Grand Rendez-Vous Europe 1-TV5 Monde-Le Parisien, a estimé que les journalistes étaient les seuls à se poser la question de son éventuelle candidature à la succession de Jacques Chirac.

"Vous vous posez la question, je ne crois pas que les Français se la posent et je ne crois pas surtout que cela soit le sujet. Il y a des préoccupations, on répond à ces préoccupations", a-t-il souligné.

Désormais rival de Nicolas Sarkozy dans les sondages, il a réaffirmé qu'il souhaitait "vivement" qu'il y ait un seul candidat de l'UMP à l'élection majeure. "Nous faisons tout pour cela", a-t-il assuré.

Prié de dire s'il pourrait être ce candidat unique, il a lancé: "Très honnêtement, c'est trop compliqué pour moi. Ce n'est pas dans l'action qui est la mienne, ce sont des sujets que je ne me pose pas. Mon souci, c'est faire avancer ce pays, servir les Français".

Le chef du gouvernement s'est également refusé à toute digression sur son statut de "dauphin" de Jacques Chirac, qui lui a rendu un hommage appuyé lors d'une réception des parlementaires UMP, mercredi dernier à l'Elysée.

"Les choses ne se posent pas en ces termes. Je ne me fonde pas sur la presse, je suis désolé. Moi, je ne commente pas les commentaires. Ce qui m'intéresse, c'est la réalité, qui n'a rien à voir avec les commentaires", a-t-il dit.

"Quand vous menez une bataille pour l'emploi, que le président de la République, qui a fixé le cap de cette bataille, marque son soutien au gouvernement et au chef du gouvernement, cela vous choque ? S'il ne l'avait pas fait, vous imaginez les commentaires !" a-t-il dit.

Quand les journalistes lui ont fait remarquer que Jacques Chirac avait en revanche omis de citer le nom du président de l'UMP, Dominique de Villepin a répliqué: "Moi je cite le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy, qui apporte ses capacités, sa détermination dans les batailles que nous menons pour la sécurité, pour l'immigration".

"Mais chacun est dans son rôle, nous ne sommes pas là dans un cours de CP, où il s'agit de citer le nom de chacun des enfants, sans quoi il se vexe. Nous sommes des grands garçons. La politique, ce n'est pas fait pour les enfants, c'est fait pour des gens qui s'engagent, pas pour eux, mais pour servir", a-t-il insisté.

source: www.liberation.fr

Publié dans Présidentielles2007

Commenter cet article