CPE: Dominique de Villepin déplore que "l'opposition continue de tourner le dos à l'avenir"

Publié le par rezeid

Le Premier ministre  "regrette" que "sur l'emploi, l'opposition continue de tourner le dos à l'avenir", dans un entretien publié lundi dans "Le Figaro".

Alors que le chef du gouvernement a recouru jeudi à l'article 49-3 pour obtenir l'adoption du projet de loi créant le contrat première embauche (CPE) par les députés, il regrette que l'opposition "s'enferm(e) dans les querelles internes et l'idéologie".

"Faire croire aux Français que nous pourrons sortir du chômage sans volonté forte ni changement, ce n'est pas responsable", estime-t-il. "Je refuse que la France reste la lanterne rouge du chômage en Europe. La sécurité passe par le changement".

Le CPE "a été adopté à l'issue d'un vrai débat démocratique", souligne Dominique de Villepin. Mais "l'opposition a fait le choix de l'obstruction" et "je n'ai pu que constater ce blocage et recourir à l'article 49.3 pour adopter une loi dont notre pays a besoin rapidement".

Le Sénat examinera à son tour le projet de loi sur l'égalité des chances "la semaine prochaine, pour qu'il puisse être adopté dans le courant du mois de mars", précise le Premier ministre.

Interrogé sur l'abandon du CIP (Contrat d'insertion professionnelle) par le Premier ministre Edouard Balladur en 1994 face à l'opposition des jeunes, Dominique de Villepin rétorque que ce "n'est pas comparable". D'ailleurs, "la majorité est aujourd'hui unie derrière le gouvernement", souligne-t-il.

Pour le reste, il est "normal que les jeunes se posent des questions et expriment leurs inquiétudes". Le Premier ministre assure les "écoute(r) attentivement" et avoir "demandé (au ministre de l'Education) Gilles de Robien et (au ministre de l'Enseignement supérieur) François Goulard de poursuivre le dialogue avec eux".

Lors de la prochaine phase de la "bataille de l'emploi", qui doit être celle d'une concertation avec les syndicats, seront évoqués "la formation professionnelle", le "ticket transport", "la protection complémentaire santé", ainsi que "l'allégement des charges sur les heures supplémentaires ou encore la réforme du financement de la protection sociale", explique Dominique de Villepin.

Et puis "je suis preneur de bonnes idées, d'où qu'elles viennent", assure-t-il. Quant à l'éventuelle mise en place d'un "contrat unique", "c'est une question complexe, qui demande une analyse et des concertations approfondies", avance-t-il. "J'écouterai avec intérêt ce que les partenaires sociaux ont à me dire sur ce sujet".

"Il y a en ce début d'année une reprise de la croissance qui nous permet d'envisager dans de bonnes conditions 2006", se félicite par ailleurs Dominique de Villepin, en réaffirmant l'objectif de croissance de 2 à 2,5% pour cette année. "La reprise est là, la consommation des ménages se maintient, les comportements d'investissement et d'embauche sont plus dynamiques, les exportations vers les grands pays émergents comme l'Inde et la Chine augmentent", affirme-t-il. "Il faut maintenant consolider cette croissance, l'installer dans la durée et lui donner plus d'ampleur". AP

Commenter cet article

tragada 04/03/2006 21:20

Si vous soutenez Dominique de Villepin, ce qui est votre droit, je ne pense pas qu'il soit ravi de vos fautes d'orthographe. Merci de corriger dans l'entête à gauche "arrivé" par "arrivée"