Dominique de Villepin envisage 2006 "dans de bonnes conditions"

Publié le par rezeid

Dominique de Villepin reste optimiste pour la croissance en 2006, en dépit d'indicateurs en berne, et maintient un objectif de progression du PIB à 2-2,5%.

Dans une interview à paraître lundi dans Le Figaro, le Premier ministre réaffirme par ailleurs la "vigilance" des autorités françaises quant à l'OPA hostile lancée par le premier sidérurgiste mondial, Mittal Steel, contre le groupe européen Arcelor.

"Il y a en ce début d'année une reprise de la croissance qui nous permet d'envisager dans de bonnes conditions 2006", déclare-t-il. "Mais il est évident que nous ne devons pas relâcher notre effort de soutien à l'économie si nous voulons gagner la bataille de l'emploi".

"Oui", réaffirme-t-il, le gouvernement maintient un objectif de 2 à 2,5% de croissance pour 2006.

"La reprise est là, la consommation des ménages se maintient, les comportements d'investissement et d'embauche sont plus dynamiques, les exportations vers les grands pays émergents comme l'Inde et la Chine augmentent", justifie le Premier ministre.

"Il faut maintenant consolider cette croissance, l'installer dans la durée et lui donner plus d'ampleur", ajoute-t-il.

Selon une estimation précoce de l'Insee, le PIB français n'a augmenté que de 0,2% au quatrième trimestre 2005 et de 1,4% sur l'ensemble de l'année, alors que le gouvernement tablait sur 1,5% à 2%.

L'acquis de croissance pour 2006 se réduit en conséquence à 0,5% fin 2005, au lieu de 0,7% dans les précédentes prévisions.

RENAULT, "UNE ETAPE IMPORTANTE"

La France a également enregistré une rechute de la production industrielle en décembre 2005 (-0,3%). Quant au commerce extérieur, il accuse un déficit record de 26,5 milliards d'euros en 2005.

Au chapitre industriel, Dominique de Villepin attend toujours de connaître "la réalité du projet industriel" du magnat de l'acier Lakshmi Mittal et récuse tout louvoiement des autorités françaises sur ce dossier.

"Absolument pas. Nous attendons toujours de connaître la réalité du projet industriel. Le rôle de l'Etat, c'est de protéger les intérêts des salariés et de valoriser les atouts technologiques de notre pays", explique-t-il.

"Arcelor est une entreprise à haute valeur ajoutée, à la pointe du secteur métallurgique, avec 30.000 personnes employées dans notre pays : nous sommes donc vigilants, mobilisés et exigeants, comme nos partenaires européens", ajoute-t-il.

Le chef du gouvernement juge comme "une étape importante" le plan présenté le 9 février par Carlos Ghosn pour faire de Renault le "constructeur généraliste" le plus rentable en Europe d'ici 2009.

"Ce plan est à la mesure des ambitions de Renault. Pour moi qui ai décidé de maintenir la participation de l'Etat dans le capital de cette grande entreprise, c'est une étape importante", estime-t-il.

Publié dans dominiquedevillepin

Commenter cet article