Réponse aux arguments contre le Contrat Première Embauche

Publié le par rezeid

François CHEREQUE (CFDT) déclare : « Quant au chômage des jeunes, toutes les études montrent que le vrai problème est celui de la qualification. Ont du mal à trouver un emploi les salariés peu ou pas qualifiés, qu’ils soient jeunes ou non ».

-  Bien sûr, le manque de qualification constitue une difficulté supplémentaire pour trouver un emploi, quel que soit l’âge. Pour répondre à cette difficulté, nous avons mis en place des contrats spécifiques, comme le Contrat d’Accompagnement vers l’emploi ou le CIVIS.

-  Mais le chômage des jeunes, c’est une réalité, y compris pour les plus qualifiés : selon une enquête de l’APEC, 49 % des jeunes diplômés bac +4 et plus étaient au chômage près d’un an après la sortie de leurs études en 2004.

Jean-Claude MAILLY (FO) déclare : « Ce qu’il faut, c’est observer la situation des jeunes 5 à 10 ans après l’arrêt de leurs études. Et là, on voit que 5 à 6% chez ceux qui ont un diplôme supérieur au baccalauréat sont au chômage (...) chiffre qui monte à 30% chez ceux qui n’ont aucun diplôme. Ce n’est donc pas du côté de l’âge qu’il faut chercher des solutions, mais de la formation ».

-  C’est ce que nous faisons, en créant un service public de l’orientation, pour permettre à chaque jeune de choisir une formation qui lui offre des débouchés professionnels, ou en fixant des objectifs précis aux entreprises en terme d’apprentissage et d’alternance.

-  Mais la formation n’est pas la seule clé du problème. Devoir attendre 5 à 10 ans après la fin des études avant d’avoir les mêmes chances que n’importe quel salarié de trouver un emploi, est-ce que cela ne traduit pas un problème spécifique lié à l’âge ?

Jean-Claude MAILLY : « le principe d’une période d’essai de 2 ans, hypocritement rebaptisée « période de consolidation », est indéfendable. Si l’employeur a besoin de 2 années pour se rendre compte qu’un salarié est bon ou mauvais, c’est que l’employeur n’est pas bon ! ».

-  La période de consolidation n’est pas une période d’essai. Pendant cette période, il y a des droits qui augmentent avec l’ancienneté, notamment un préavis et des indemnités en cas de rupture, ce qui n’est pas le cas dans une période d’essai.

-  L’objectif, pour l’employeur comme pour le salarié, c’est de construire une relation de confiance, c’est de consolider un emploi dans la durée.

« Pour justifier le CPE, le gouvernement brandit le chiffre de 22,7% de jeunes au chômage. Mais si l’on prend l’ensemble de la classe d’âge, en tenant compte de ceux qui poursuivent leurs études, le taux de chômage tombe à 8,5% », ajoute-t-il.

-  Quelle que soit la classe d’âge concernée, le taux de chômage se calcule par rapport à l’ensemble de la population active, qui comprend ceux qui travaillent et ceux qui sont à la recherche d’un emploi. Prendre en compte les lycéens et les étudiants dans le calcul du taux de chômage des jeunes, ce serait comme prendre en compte les retraités dans le calcul du taux de chômage des seniors : cela n’a aucun sens.

-  Il y a une réalité indiscutable qui démontre l’urgence de la situation et le mode de calcul n’y change rien : nous avons en France un taux de chômage des jeunes de 22,7 % ; il est de 16,7 % dans l’UE à 15.

Dans une tribune publiée samedi dans le quotidien Le Monde, des juristes du droit du travail mettent en garde contre une « perversion du système : l’ignorance du motif du licenciement va contraindre le salarié désirant le connaître à assigner presque systématiquement en justice son employeur ».

-  Avec le CPE, la procédure de rupture du contrat est simplifiée. Cela ne veut pas dire qu’en cas de rupture à son initiative, l’employeur n’informera pas le salarié des raisons pour lesquelles il met fin au contrat. Il n’y a donc aucune raison de penser que les procédures vont se multiplier : comme avec n’importe quel autre type de contrat, un salarié licencié n’attaquera que s’il soupçonne un licenciement abusif.

source: www.ensemblepourlecpe.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article