La droite rend hommage à Jacques Baumel

Publié le par rezeid

 - Jacques Chirac a rendu hommage vendredi à la "passion pour la France" de l'ancien ministre Jacques Baumel, résistant, gaulliste de la première heure, décédé dans la nuit de jeudi à vendredi à 87 ans.

"C'était un homme attaché aux valeurs fondamentales de la Nation, et ce qui le caractérisait le mieux, c'était sa passion pour la France et le service de l'Etat", a déclaré le chef de l'Etat dans un communiqué.

Jacques Chirac a salué l'"homme de devoir et de courage". "Courage qu'il avait mis au service de la France en s'engageant dans la lutte contre l'occupant dès les premières heures".

Le Premier ministre Dominique de Villepin a estimé que Jacques Baumel laissait "le souvenir d'un patriote fervent, d'un homme de courage et de conviction, d'un homme de coeur et de fidélité".

"Spécialiste des questions de défense, il a été le militant infatigable d'une certaine idée de la France, de sa grandeur et de son indépendance", a souligné le chef du gouvernement dans un communiqué.

La ministre de la Défense, Michèle Alliot-Marie, a exprimé sa "profonde émotion" et sa "grande tristesse". "Il a toujours défendu une certaine idée de la France et de ses valeurs", a-t-elle déclaré dans un communiqué.

"Le gaullisme perd un de ses meilleurs", a pour sa part déclaré Sarkozy, président de l'UMP, ministre de l'Intérieur et élu lui aussi des Hauts-de-Seine. "Avec sa disparition, c'est une page cruciale de notre histoire contemporaine qui se tourne un peu plus."

"La représentation nationale s'incline respectueusement devant l'oeuvre accomplie par Jacques Baumel au service de la France et rend hommage à sa mémoire", a déclaré Jean-Louis Debré, président de l'Assemblée nationale, où Jacques Baumel a siégé de 1967 à 2002.

"LA LIBERTÉ GUIDAIT NOS PAS"

"Avec Jacques Baumel, une des dernières flammes de la Résistance française vient de s'éteindre", a ajouté Jean-Louis Debré.

"Ses positions furent toujours très éloignées des nôtres, son hostilité aux forces progressistes permanente mais sa fidélité à ses engagements gaullistes des années quarante ne s'est jamais démentie", a déclaré Michel Duffour, président du conseil national du PCF.

Né le 6 mars 1918 à Marseille, Jacques Baumel entre dès 1940 dans la Résistance, dans le mouvement Combat, alors qu'il venait d'achever ses études de médecine. Il sera ensuite un membre influent de la direction du Mouvement de libération nationale.

A la Libération, il fait partie des deux assemblées constituantes, en 1944 et en 1946. Il est ensuite sénateur de la Seine de 1959 à 1967, date à laquelle il est élu député des Hauts-de-Seine.

Secrétaire d'Etat en 1969 dans un gouvernement de Jacques Chaban-Delmas, il sera constamment réélu député. Il décidera de ne pas se représenter en 2002, laissant son siège à Patrick Ollier (UMP).

Occupant des postes à responsabilité au sein du mouvement gaulliste - RPF, UNR, UDR, RPR - avant la création de l'UMP, Jacques Baumel sera pendant de longues années l'un des piliers de la commission de la Défense au Palais-Bourbon.

Un temps président du conseil général des Hauts-de-Seine et conseiller régional d'Ile-de France, il est élu maire de Rueil-Malmaison en 1971. Il décidera symboliquement de démissionner de ce dernier mandat le 18 juin 2004.

Compagnon de la Libération, Croix de guerre, médaillé de la Résistance, Jacques Baumel était également officier de la Légion d'honneur. ll a publié plusieurs ouvrages dont "Résister" (1999), "De Gaulle, l'exil intérieur" (2001) et "La liberté guidait nos pas" (2004).

source: www.yahoo.fr

Publié dans Divers

Commenter cet article