Le Medef ne soutiendra aucun candidat en 2007

Publié le par rezeid

Si elle ne partage pas totalement le principe du CPE, la présidente du Medef, Laurence Parisot, a affirmé au Grand jury RTL-Le Figaro-LCI, que les entreprises joueront pleinement leur rôle.

 
 
PAS FORCÉMENT d'accord sur la méthode mais d'accord sur le fond et prêts à jouer leur rôle. Invitée du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, Laurence Parisot, présidente du Medef a rappelé hier soir que les patrons étaient totalement aux côtés du premier ministre sur la bataille de l'emploi. «Le diagnostic est juste quand le gouvernement dit que le mauvais fonctionnement du marché du travail explique notre taux de chômage aussi élevé», estime-t-elle.

Pas de «feu rouge» sur le CPE

Malgré l'absence d'outils statistiques fiables, la patronne des patrons en est convaincue : le contrat nouvelle embauche (CNE) «a libéré de la peur d'embaucher et a dégagé des poches d'emploi». Laurence Parisot souligne en particulier le rôle moteur des petites entreprises. «De vrais emplois ont été créés dans le secteur du service, et du bâtiment qui a des besoins de main-d'oeuvre gigantesque».

Le ton se fait plus prudent, en revanche, s'agissant du contrat première embauche (CPE). Depuis le début, le Medef ne cache pas sa réserve. «Il n'est jamais bon de traiter de manière spécifique une catégorie de la population, en l'occurrence les jeunes». Mais cette divergence de méthode ne provoquera pas de blocage chez les patrons. Il n'y aura pas de «feu rouge». «Je suis persuadée que les entreprises embaucheront des jeunes en CPE, en créant de nouvelles fonctions et de nouveau postes», soutient Laurent Parisot.

Et de balayer toutes les idées préconçues : les patrons ont «drôlement envie» d'embaucher des jeunes, affirme-t-elle en réponse «aux parents qui s'inquiètent». «Quand un chef d'entreprise embauche ce n'est pas avec l'idée de licencier aussi vite», renchérit-elle, ajoutant qu'en aucune façon le CPE ne dissuadera les entreprises de continuer à proposer des CDI classiques aux jeunes diplômés.

Extrême prudence, enfin, s'agissant de la prochaine présidentielle. «Le Medef ne soutiendra ni ne préconisera de voter pour aucun candidat en 2007», indique sa présidente qui ne souhaite qu'une seule chose, pour cette élection : «que le débat économique et social ne soit pas occulté entre les candidats, comme il l'a été en 2002», du fait de la tournure inattendue du second tour.

 

Et de balayer toutes les idées préconçues : les patrons ont «drôlement envie» d'embaucher des jeunes, affirme-t-elle en réponse «aux parents qui s'inquiètent». «Quand un chef d'entreprise embauche ce n'est pas avec l'idée de licencier aussi vite», renchérit-elle, ajoutant qu'en aucune façon le CPE ne dissuadera les entreprises de continuer à proposer des CDI classiques aux jeunes diplômés.

Extrême prudence, enfin, s'agissant de la prochaine présidentielle. «Le Medef ne soutiendra ni ne préconisera de voter pour aucun candidat en 2007», indique sa présidente qui ne souhaite qu'une seule chose, pour cette élection : «que le débat économique et social ne soit pas occulté entre les candidats, comme il l'a été en 2002», du fait de la tournure inattendue du second tour.

 

Publié dans Présidentielles2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

dali 22/02/2006 13:33

http://r-c-n.over-blog.com/

venez nombreux me visiter!!!!!