Villepin défend les mesures prises par le gouvernement face au chikungunya

Publié le par rezeid

 Dominique de Villepin a nié jeudi avoir tardé à réagir face à l'épidémie de chikungunya sur l'île de la Réunion, expliquant que le gouvernement avait pris les mesures qui s'imposaient à chaque étape de progression de la maladie.
"Les socialistes sont dans leur rôle. Ce n'est pas la polémique qui règlera les problèmes. Dans ces moments-là, c'est davantage l'esprit de rassemblement qui doit présider", a déclaré le Premier ministre sur Canal+.
Le chef du gouvernement a fait valoir que le chikungunya, qui touche aujourd'hui 130.000 réunionnais et a provoqué directement ou indirectement la mort de 77 personnes depuis un an, était "une maladie tropicale mal connue".
"Ce n'est pas comme quand il y a une maladie bien connue qui se répand et qu'on pourrait vous reprocher de ne pas avoir utilisé les bons moyens. Là, nous sommes en permanence en train de perfectionner un dispositif", a-t-il expliqué.
Selon lui, le gouvernement n'a "pas cessé dans le courant de l'année 2005 et au tournant de cette année de multiplier les moyens", avec 3.600 personnes et 500 militaires sur le terrain pour les opérations de démoustication et le suivi des malades.
Dominique de Villepin a également rappelé que "la véritable explosion" de la maladie "s'est produite au tournant de l'année" 2006. Alors que "12.000 à 15.000 personnes" avaient été touchées en 2005, "nous sommes aujouerd'hui autour de 120.000, 130.000 personnes touchées", a-t-il noté.
Par ailleurs, "il faut intensifier la recherche autour de ce virus pour connaitre exactement la meilleure façon de l'éradiquer, voire trouver une solution, un vaccin", a expliqué le Premier ministre.
Dominique de Villepin, qui se rendra ce week-end à La Réunion, a conseillé aux personnes désirant se rendre sur l'île de prendre "un certain nombre de précautions".
"La responsabilité politique, c'est d'abord d'aller sur le terrain et de faire face aux difficultés que connaissent nos compatriotes. C'est exactement ce que nous faisons", a conclu le Premier ministre.

Publié dans Divers

Commenter cet article