Dominique de Villepin compte conjurer la malédiction de Matignon

Publié le par rezeid

Dominique de Villepin se prépare à affronter une nouvelle semaine difficile, avec la journée d'action anti-CPE mardi, mais le Premier ministre veut tenter de conjurer la "malédiction de Matignon" en tenant son cap.

Neuf mois après sa nomination, au lendemain de l'échec du référendum sur la Constitution européenne, le chef du gouvernement connaît depuis plusieurs semaines un décrochage sérieux dans les sondages.

La raison: l'annonce le 16 janvier de la création d'un contrat de travail spécifique pour les moins de 26 ans, le contrat première embauche (CPE), un CDI assorti d'une période d'essai de deux ans, sur le modèle du contrat nouvelles embauches (CNE) lancé en août dans les très petites entreprises.

Au début plutôt bien accueilli dans l'opinion, le CPE semble aujourd'hui être devenu le symbole de ce que redoutent les Français pour leurs enfants: une précarisation accrue du marché de l'emploi.

Le passage à l'Assemblée à coup de "49-3" n'a pas arrangé les choses. A quatorze mois de l'élection présidentielle, la gauche n'a pas manqué l'occasion d'instruire le procès du gouvernement.

Conscient du danger, Dominique de Villepin s'est employé depuis une dizaine de jours à tenter de réparer ce que les sondeurs appellent une "rupture d'image". Et de conjurer la "malédiction de Matignon" qui veut qu'aucun Premier ministre ne soit sorti vainqueur électoralement de ses années de mandat.

Ce proche de Jacques Chirac avait en effet été perçu à son arrivée à Matignon comme un gaulliste aux couleurs sociales. Il affirmait vouloir faire "avancer la France en la rassurant".

Dans une interview au Parisien-Dimanche, Dominique de Villepin récuse l'étiquette de libéral qui lui est désormais accolée par l'opposition.

"Regardons la réalité de notre action : je veux conjuguer plus de souplesse et plus de solidarité, plus de protection pour chacun et une chance pour tous", souligne-t-il en rappelant l'élaboration du projet de loi sur l'égalité des chances après la crise des banlieues de novembre. Projet de loi où il a intégré le CPE.

"JE SOUHAITE CONVAINCRE CHACUN"

"Inflexible" sur le CPE, comme le titre Le Parisien-Dimanche, le chef du gouvernement souligne qu'"il est temps de faire des choix et de les assumer".

"Face à des changements importants, il est naturel que des peurs et des réticences s'expriment. Je souhaite convaincre chacun, pour que le pays puisse franchir sereinement un nouveau cap. Il faut du temps, il faut de la persévérance, le gouvernement n'en manque pas", insiste-t-il.

Un sondage CSA-Le Parisien, publié également dimanche, montre que le Premier ministre n'a pas encore remporté sa bataille dans l'opinion. Près de deux Français sur trois (69% des sondés) ne font pas confiance au gouvernement pour faire baisser le taux de chômage des jeunes.

Dans une interview au Journal du Dimanche, le socialiste Jack Lang estime que "le gouvernement Villepin est un Titanic qui prend l'eau de toute part".

"La présidentielle est encore loin mais la droite est plus plombée que jamais", affirme-t-il.

Selon le sondage CSA-Le Parisien, la gauche a toutefois du chemin à parcourir car les Français ne sont que 33% à lui faire confiance pour améliorer l'emploi des jeunes.

Reste que la dégringolade de Dominique de Villepin dans les sondages inquiète aujourd'hui son rival à droite, le président de l'UMP, Nicolas Sarkozy.

Les proches du ministre de l'Intérieur se sont émus de voir leur champion chuter dans les enquêtes d'opinion, dans la foulée du Premier ministre.

Ce recul de l'équipe gouvernementale intervient bien trop tôt aux yeux de Nicolas Sarkozy, qui ne cache pas son ambition de succéder à Jacques Chirac à l'Elysée en 2007.

La situation est paradoxale pour le ministre de l'Intérieur: une défaite de Dominique de Villepin dans sa bataille pour l'emploi anéantirait sans doute les chances du Premier ministre pour la compétition présidentielle mais risquerait aussi de fragiliser Nicolas Sarkozy face à la gauche.

source: www.liberation.fr

Publié dans Divers

Commenter cet article