Dominique de Villepin appelle à des choix courageux sur l'emploi

Publié le par rezeid

Confronté à la deuxième journée d'action nationale contre le contrat première embauche (CPE), Dominique de Villepin appelle à "des choix courageux, responsables" dans la bataille pour l'emploi.

Le Premier ministre, qui intervenait lors des questions d'actualité à l'Assemblée nationale, a tenu à replacer le CPE, un contrat à durée indéterminée (CDI) assorti d'une période de deux ans destiné aux moins de 26 ans, dans le cadre d'"un véritable parcours d'embauche" pour les jeunes.

"Le CPE est un outil mais, il faut le rappeler, ce n'est pas le seul. Il se situe dans le cadre d'un véritable parcours d'embauche pour les jeunes que nous mettons en place", a déclaré Dominique de Villepin.

Il a rappelé le lancement d'un service public de l'orientation, l'accroissement des postes en alternance, l'encadrement et la rémunération obligatoire des stages.

"Ce parcours, je suis prêt à l'enrichir de toute proposition nouvelle dans le cadre" de la troisième phase de la bataille de l'emploi, a-t-il souligné.

"Jean-Louis Borloo et Gérard Larcher ouvriront une large concertation dès la semaine prochaine", a poursuivi le chef du gouvernement, avant de rappeler que le CPE ferait "le moment venu" l'objet "d'une évaluation approfondie", qui serait présentée au Parlement.

"Que reprochez-vous au gouvernement ? Le dialogue ? Mais où sont vos propositions que nous pourrions discuter ? La rapidité ? Mais croyez-vous vraiment que les Français veulent attendre ? La précarité ? Mais ouvrez-donc les yeux, la précarité, c'est la réalité quotidienne depuis vingt ans pour beaucoup de jeunes dans notre pays !" a-t-il lancé à l'adresse de la gauche.

"ILLUSION ET CONSERVATISME"

"Je vous attends, j'écouterai avec attention vos propositions d'amélioration du parcours d'embauche des jeunes mais je refuse l'immobilisme", a insisté le Premier ministre.

Il a reproché à l'opposition de "proposer l'idéologie" là où les Français "ont besoin de lucidité et de pragmatisme". "Vous leur proposez des demi-mesures là où ils réclament de vraies solutions et des résultats !" a-t-il ajouté.

Dominique de Villepin a toutefois souligné respecter "les peurs et les inquiétudes qui s'expriment" en France. "J'entends les aspirations de chacun à un travail, à la dignité, au respect et je mesure les difficultés auxquelles sont confrontés trop de jeunes dans notre pays", a-t-il dit.

"Cela fait 20 ans qu'ils sont les premiers à supporter les conséquences du chômage de masse dans notre pays (...) Face à cette réalité, nous avons le choix. On peut continuer de fermer les yeux sur les inégalités, c'est faire une injustice aux jeunes, c'est insulter l'avenir de notre pays. On peut entretenir les Français dans l'illusion et dans le conservatisme", a-t-il souligné.

Pour le Premier ministre, avec le CPE, "ce qui est en jeu, c'est la place que nous sommes capables d'offrir à chacun, c'est notre capacité à gagner ensemble la bataille pour l'emploi".

Dominique de Villepin, qui joue gros dans cette étape politique, a voulu s'"arrêter sur le véritable défi d'aujourd'hui".

Pour lui, la réalité européenne et internationale "exige que nous soyons capables de faire des choix courageux, des choix responsables, afin de garder l'équilibre entre liberté et protection".

source: www.liberation.fr

Publié dans Emploi

Commenter cet article