Villepin à TF1 : les points forts

Publié le par rezeid

Voici les principaux points de l'intervention du Premier ministre Dominique de Villepin dimanche 12 mars au soir.

LOI CPE
- La loi, qui a été votée sur le CPE, "s'appliquera", mais elle sera "complétée" de "nouvelles garanties qui doivent être négociées avec les partenaires sociaux" sur son application.

CONTESTATIONS
- "Il y a beaucoup de malentendus. Il y a beaucoup de confusion. Il a beaucoup d'incompréhensions". "Mais est-ce que je peux, comme chef de gouvernement, ne pas prendre en compte cette situation de précarité des jeunes, qui n'a fait que s'accroître depuis 20 ans ?"

- "Je comprends l'inquiétude" au sujet du projet controversé du contrat première embauche (CPE). "Je suis à l'écoute des Français, de ceux qui manifestent et de ceux qui veulent étudier". "Je suis un homme d'action et de conviction. Je suis un homme d'écoute et de dialogue".

NEGOCIATIONS
- Rencontre "au mois d'avril" de "l'ensemble des partenaires sociaux" pour "trouver des réponses concrètes" sur "la précarité dans l'emploi".

 

"Au-delà du CPE, il y a une inquiétude dans notre pays sur la précarité, qui concerne les jeunes mais aussi les salariés à temps partiel, notamment toutes ces femmes qui s'inquiètent pour le lendemain, et les salariés peu qualifiés".

- D'ici cette rencontre, les ministres chargés de l'emploi, Jean-Louis Borloo et Gérard Larcher, rencontreront "dans les 15 prochains jours" les partenaires sociaux pour "avancer sur les différents moyens, sur les propositions qui existent".

GARANTIES
- Trois garanties supplémentaires vont être proposées aux jeunes en cas d'interruption du CPE.
Première garantie : pendant les deux ans de leur CPE, les jeunes auront la possibilité "d'être accompagnés par un référent" qui "les conseillerait, lèverait leurs appréhensions, les aiderait à régler leurs problèmes".
Deuxième garantie : un "complément de rémunération qui s'ajouterait à l'allocation chômage pour une période par exemple de trois mois et qui permettrait au jeune d'avoir une formation complémentaire s'il le souhaite de façon de retrouver rapidement un emploi".
Troisième garantie : Dominique De Villepin est "prêt" à soumettre le CPE à une "évaluation régulière" avec les partenaires sociaux.
"Trouvons des rendez-vous tous les six mois pour évaluer ce contrat dans le cadre par exemple du Conseil d'orientation pour l'emploi".

ENJEU PERSONNEL
- "Ce n'est pas un enjeu personnel", "si je suis là ce soir, c'est bien pour expliquer à nos compatriotes les enjeux, ce n'est pas un enjeu personnel, il ne s'agit pas de ma personne, cela ne compte pas".
"L'enjeu c'est quoi ? C'est: est-ce que nous sommes capables de prendre des mesures ensemble, nécessaires, est-ce que nous sommes capables de les assumer, est-ce que nous sommes capables de les tenir, est-ce que nous sommes capables d'adapter notre modèle social".

Commenter cet article