Villepin plaide pour des fusions "sur une base amicale"

Publié le par rezeid

Dominique de Villepin souhaite que les fusions dans le domaine de l'énergie en Europe se fassent "sur une base amicale" et assure que le rapprochement entre Suez et Gaz de France se fera dans le respect des règles européennes.
"La fusion Suez-GDF s'inscrit dans une double logique: industrielle et européenne" et se fera "dans le cadre d'une économie ouverte", a déclaré le Premier ministre à Madrid lors d'une conférence de presse commune avec le président du gouvernement espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero.
Ce rapprochement est "un projet européen dans la mesure où il concerne la France et la Belgique", a-t-il souligné. "Il respectera les règles du droit européen."
Les fusions dans le domaine de l'énergie doivent se faire "sur une base amicale et non inamicale", a insisté le chef du gouvernement français après un entretien de trois quarts d'heure avec Zapatero au palais de la Moncloa.
A l'approche du sommet européen des 23 et 24 mars à Bruxelles, où les questions énergétiques tiendront une grande place, les deux dirigeants ont évoqué les projets de fusion en cours dans leurs pays respectifs.
Au cours des dernières semaines, Paris et Madrid ont été accusés d'interventionnisme par une partie de leurs partenaires européens.
"PAS QUESTION DE PROTECTIONNISME"
Bruxelles reproche à l'Espagne ses efforts pour repousser une OPA de l'allemand E.ON sur l'électricien espagnol Endesa.
La Commission européenne a également demandé au gouvernement français des explications sur les éventuelles manoeuvres qui auraient fait capoter le projet de reprise de Suez par l'italien Enel et Veolia, afin de permettre in fine le mariage entre Suez et GDF.
"Il n'est pas question de protectionnisme mais de sécurité énergétique", a martelé José Luis Rodriguez Zapatero, rappelant que l'Espagne était dépendante à 80% dans ce domaine.
A l'approche du sommet du G8 sur l'énergie, qui se tiendra cette semaine à Moscou, les deux dirigeants ont jugé "indispensable" la création de grands groupes énergétiques européens, à l'image de ce qui s'est fait avec Airbus dans l'aéronautique.
"Face au défi de l'après-pétrole et du réchauffement climatique, l'Europe doit avoir une stratégie pour assurer son approvisionnement énergétique", a déclaré Dominique de Villepin, qui a également plaidé pour que les entreprises européennes aient "les moyens de se battre à armes égales" dans le monde.
L'Europe, qui achète plus de la moitié de son énergie à l'extérieur, "doit parler d'une seule voix", a-t-il estimé.
Dominique de Villepin a rappelé par ailleurs l'objectif d'améliorer la sécurité dans le domaine de l'alimentation électrique des deux côtés des Pyrénées.
Il a confirmé l'objectif de porter l'interconnexion entre les deux pays à 4.000 mégawatts, "tout en tenant compte des contraintes environnementales".

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article