Villepin et le Petit Prince

Publié le par rezeid


Dominique de Villepin aurait peut-être préféré orner la couverture du prestigieux magazine américain en d'autres circonstances. « Est-il un protectionniste raté ou une graine de réformateur ? », s'interroge notre confrère en pleine polémique sur les OPA et le CPE. « A Bruxelles, Villepin est vu comme une sorte de «Luddite» des derniers jours s'acharnant contre une machine économique européenne déjà chancelante », indique « Newsweek », en allusion à ces ouvriers anglais du XIXe siècle qui détruisaient les nouvelles machines supposées leur enlever du travail.

Mais est-ce aussi simple que cela ? Pas si sûr, et l'affaire Suez-Gaz de France possède deux faces. Je prend la posture de défense du pays d'un côté, et, de l'autre, j'en profite pour privatiser une entreprise publique à la veille de l'ouverture des marchés. Un mouvement classique en France, souligne le journal : réthorique à gauche, mouvement à droite ; parler fort et ensuite faire ce qui est délicat. D'ailleurs, selon le FMI, les investissements directs étrangers représentent 13 % du PIB en Italie, 25 % en Allemagne, 36 % en Grande-Bretagne et 42 % en France. C'est justement cette ouverture qui la rend sensible au discours politique. Le cas du CPE est emblématique. « Cette réforme pourrait paraître anodine dans un marché du travail fluide comme aux Etats-Unis et en Grande Bretagne, où beaucoup d'emplois sont disponibles, et beaucoup d'entre eux sont temporaires. Mais les Français sont habitués à l'idée que les emplois sont permanents, ou devraient l'être. »

Cependant, utiliser la réthorique protectionniste comme écran de fumée pour faire passer des réformes, est-ce la bonne tactique ? En cachant la réalité plutôt que d'expliquer que l'ouverture des frontières est bonne pour la France, le Premier ministre ne rend pas service aux Français. D'où ce conseil de « Newsweek » à Villepin : apprendre que, contrairement à ce qu'affirme le renard au Petit Prince de Saint-Exupery (dont un exemplaire ancien trône dans son bureau), « ce qui est essentiel doit aussi être visible ».

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article