CPE: Villepin exprime à nouveau sa "détermination"

Publié le par rezeid

Dominique de Villepin a exprimé mardi devant la députés sa "détermination" à appliquer "la loi qui a été votée" par le Parlement sur le contrat première embauche.
Le Premier ministre, interpellé par le Premier secrétaire du Parti socialiste François Hollande, s'est cependant dit prêt à "ajuster" le CPE lors de l'évaluation prévue tous les six mois avec les partenaires sociaux. "Si cette évaluation montre qu'il y a quelque chose à ajuster, des éléments à ajouter, nous le ferons pragmatiquement", a-t-il dit.
Dans sa question, François Hollande a demandé à Dominique de Villepin de retirer le CPE "dans un esprit de responsabilité et d'apaisement" pour ouvrir des négociations avec les partenaires sociaux. "L'autorité dont vous parlez, elle commence par la sagesse", a-t-il lancé.
"Vous avez proposé des discussions aux partenaires sociaux. Seul le Medef vous a répondu", a remarqué M. Hollande.
"Vous prenez le risque d'ouvrir un conflit long, lourd, dont nul ne peut ici prédire l'issue", a averti le Premier secrétaire du PS. "La rupture, elle est faite entre le pouvoir et une majorité de la jeunesse."
François Hollande a observé que "des voix s'élèvent" dans la majorité pour demander une nouvelle discussion du projet de loi sur l'égalité des chances ou "espérer une annulation totale ou partielle par le Conseil constitutionnel du dispositif". "J'en connais même dans vos rangs qui doivent prier pour que cette annulation puisse intervenir", a-t-il ironisé.
En réponse, Dominique de Villepin s'est une nouvelle fois montré ferme. "Face au chômage, pouvons-nous fermer les yeux, pouvons-nous baisser les bras?" a demandé le Premier ministre. "Nous avons tous ici un devoir à l'égard des jeunes en difficulté."
Il a insisté sur le "devoir de vérité" et "d'action" vis-à-vis des jeunes. "Laisser croire aux jeunes que nous pourrons leur donner un emploi sans rien changer dans notre pays, c'est faux", a-t-il dit.
Selon lui, "le CPE est un contrat utile" qui "va créer des milliers d'emplois". "Le CPE marchera. Des milliers de contrats attendent d'être signés", a-t-il fait valoir. "Le CPE est juste et il est équilibré. Il offre de vraies garanties aux jeunes", a ajouté M. de Villepin.
Le Premier ministre a notamment fait valoir que le CPE prévoit "un filet de sécurité en cas de rupture qu'aucun autre contrat ne propose". Il a rappelé sa proposition, faite dimanche sur TF1, d'offrir un "droit à formation de trois mois avec un complément de rémunération" aux jeunes dont le CPE a été rompu pendant la période d'essai de deux ans.
"Il faut sortir des généralités pour descendre dans la vie réelle", a-t-il lancé à François Hollande.
Dominique de Villepin a enfin appelé la gauche à "à l'esprit de responsabilité pour le respect de la loi républicaine" afin "d'éviter toute surenchère et tout débordement". "C'est ce qu'attendent nos compatriotes", a conclu le Premier ministre.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

dumenil 18/03/2006 22:39

il faut surtout ne pas lacher. mr de villepin vous etes un etre brillant et votre courage est formidable

PONNELLE 18/03/2006 20:19

Monsieur le Premier Ministre,
Je me permets de vous envoyer ce mail pour vous dire mon sentiment quand au CPE car on peut difficilement y échapper !!!!
Donc je suis assez d'accord avec vous sur le contrat lui même car il pourra permettre au jeune qui sort de l'école sans expérience de pouvoir en acquérir, et c'est bien là me semble-t-il le sujet, toutefois je veux y mettre un bémol !!!! 2 ans c'est beaucoup trop long, et surtout le licenciement sans aucune raison, ne me parait pas raisonnable.
Ceci étant je vous soutient tout de même car au moins vous, vous faites bouger les choses ou en tout cas vous essayez!!!!!
Bon courage
Véronique

Pierre Henri François de Montbrasdroit 18/03/2006 09:10

Gallouzeau de Villepin exprime "sa" détermination, c'est sans doute plus important que la détermination de tout la jeunesse de France .... C'est du moins ce que les démocrates libéraux de droite de de de imaginent, dans leurs rêves décalés

Camille GERARD 18/03/2006 08:29

Ancien conseiller régional et ancien adjoint au maire d'une ville de plus de 60 000 habitants pas vraiment de la sensibilité du premier ministre. Je veux lui rendre hommage pour son courage et lui dire de ne pas faiblir.
La France à besoin d'un leader déterminé.
Même si le CPE n'est pas la panacée pour combattre le chômage il est un pas en avant contre celui des jeunes.

camille 17/03/2006 18:32

Monsieur De Villepin, tenez bon, ne cédez face à cette volonté des étudiants qui font front à votre CPE, je suis te tout coeur avec vous.
Camille.
Caen.