Pour Thierry Breton, le gouvernement est "dans le temps de l'adaptation" pour le CPE

Publié le par rezeid

Le gouvernement ne retirera pas le contrat première embauche mais réfléchit à son adaptation "dans le cadre de la loi", a déclaré, mardi 21 mars, sur Europe 1, le ministre de l'économie et des finances, Thierry Breton.

 

"Il y a eu le temps de la démocratie, le temps de la loi, la loi a été votée. Maintenant, on est dans le temps de l'adaptation et du dialogue dans le cadre de l'article 8" qui "permet d'aménager tout cela", a indiqué Thierry Breton. "C'est pour cela que l'on consulte les chefs d'entreprises, les patrons de PME, les étudiants, les organisations syndicales", a expliqué le ministre, évoquant la série de rencontres organisées par le premier ministre. "On regarde, on écoute tout le monde" et après "le premier ministre fera la synthèse", a déclaré Thierry Breton, sans préciser de calendrier.

LE PREMIER MINISTRE S'EXPRIMERA CE SOIR

Le résultat de cette synthèse pourrait être exposé dès aujourd'hui par le premier ministre qui devrait "s'exprimer"  dans la journée pour "indiquer ce qu'il compte faire" pour sortir de la crise, a déclaré le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer. "Nous [les parlementaires] le voyons en fin d'après-midi, il sera également devant la réunion du groupe" à l'Assemblée nationale, a indiqué sur RTL Bernard Accoyer.

Il "aura certainement l'occasion, après avoir échangé avec les parlementaires, d'indiquer ce qu'il compte faire". Selon le chef de file des députés UMP, dans l'esprit du premier ministre, "il y a à l'évidence le souhait que s'ouvre le dialogue social avec les partenaires sociaux et que l'on puisse améliorer les dispositifs qui le méritent sans pour autant avoir obligatoirement besoin de revenir devant les parlementaires". Dominique de Villepin doit recevoir à 19 h 30 l'ensemble des députés et sénateurs UMP à Matignon.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gilles 23/03/2006 00:37

contrairement à ce que vous affirmez, bien que persuadé de l'intérêt du CPE, la méthode suivie est contradictoire avec la politique Française. ans reprendre l'article de 1793 cité ci dessus, la négociation avec les syndicats aurait du avoir liu en amont et non en aval du vote de la loi.
même avec une majorité écrasante l'absentéîsme de l'électorat et l'exclusion des extrêmes au parlement (30 à 35% du peuple) ne donne pas avec moins de 20% de l'électorat réel du pays le pouvoir d'imposer des réformes sans l'assentiment d'une large part de l'opinion.
avec le généraGaulle cette situation aurait été contre nature, c'est ce non sens démocratique que nous vivons depuis la première cohabitation qui est la cause de l'impuissance de l'état et la contestation systématique à l'égard de ceux qui théoriquement devraient les représenter.

thimele 22/03/2006 14:57

>> Article 35 de la Constitution de 1793: "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs."