Que font nos voisins

Publié le par rezeid

Le mouvement actuellement en œuvre sur le marché de l'emploi en France s'inscrit dans un mouvement européen :

" ALLEMAGNE
La coalition politique SPD-CDU d'Angela MERKEL va mettre en œuvre une réforme sur la protection des licenciements, dont la mesure phare est l'instauration d'une période d'essai de 24 mois pour tous les nouveaux contrats.

" PAYS-BAS
Aux Pays-Bas, un projet de réforme est actuellement devant le Parlement visant à flexibiliser le licenciement, avec notamment la création d'une nouvelle procédure de licenciement " par accord mutuel " et la fixation par accords de branche des critères de licenciements.
Des réformes sont également prévues dans le domaine de l'assurance chômage, avec des indemnités augmentées mais versées moins longtemps.

" ESPAGNE
L'Espagne a créé en 1996 une multiplicité de contrats temporaires, et notamment celui pour les travaux déterminés, qui est très largement utilisé : un emploi sur trois est un emploi temporaire (contre un sur dix en France).
Le gouvernement socialiste souhaite aujourd'hui aller plus loin en réduisant significativement dans certains cas les indemnités de licenciement.

" AUTRICHE
L'Autriche a adopté en 2003 une mesure qui fluidifie considérablement le marché du travail : les indemnités de licenciement ont été remplacées par une cotisation sur le salaire, versée au salarié lorsqu'il quitte l'entreprise (départ volontaire ou licenciement) : le contrat de travail prévoit ainsi le principe même de sa rupture et de la mobilité.

" ITALIE
La réforme BIAGI de 2003 a apporté une plus grande souplesse en introduisant une multitude d'emplois flexibles, depuis le " travailleur à projet " jusqu'au travailleur occasionnel, en passant par le temps partiel, le " job on call " ou le contrat d'insertion.
Les effets de cette réforme sont très progressifs, car ces contrats doivent être validés par chacune des provinces.

" ROYAUME-UNI
Le Royaume-Uni a un des marchés du travail les plus fluides du monde, et cherche aujourd'hui à donner plus de sécurité aux travailleurs : limitation du recours aux CDD, réduction de la période d'essai, augmentation des indemnités, etc.

Les pays européens font évoluer leur droit du travail, chacun tenant compte de l'histoire de son modèle social. En France :
- Renoncer au CPE, ce serait accepter de décrocher ;
- Adopter le CPE, c'est se donner les moyens de se battre à armes égales avec les autres pays

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article