Le chef de la majorité ne lachera pas!!!

Publié le par rezeid

Dominique de Villepin reste déterminé à imposer le CPE. Le Premier ministre a déclaré mercredi soir qu'il ne "baissera pas les bras" face au chômage des jeunes à l'issue d'une réunion avec trois organisations étudiantes.

"Face au chômage des jeunes, je ne baisserai pas les bras", a déclaré le Premier ministre sur le perron de Matignon.

Lors de la réunion, qualifiée de "constructive", Dominique de Villepin a redit sa "totale disponibilité" à améliorer le CPE "sur les deux points qui font le plus l'objet d'inquiétudes, la durée de la période de deux ans et les modalités de rupture du contrat". "Il y a des inquiétudes, nous y répondrons", a affirmé le Premier ministre.

Au lendemain des manifestations qui ont réuni entre un et trois millions de personnes dans toute la France contre le CPE, il a dit mesurer "l'anxiété des jeunes face à l'avenir".

Le chef du gouvernement a cependant fait peu de propositions concrètes lors de cette réunion avec la FAGE, PDE et l'UNI. Ces trois organisations avaient déjà été reçues samedi. L'UNEF et la Confédération étudiante, qui avaient boycotté la réunion de samedi, avaient encore une fois décliné l'invitation.

Selon le président de la FAGE, Jean-François Martins, Dominique de Villepin s'est contenté de proposer qu'un entretien ait lieu en cas de rupture du CPE pour que le jeune se voie expliquer les raisons de son licenciement.

"On ne nous propose rien, si ce n'est que le jeune qui va rompre son contrat de travail aura le droit d'aller boire un café avec son patron pour qu'il lui explique", a déploré Jean-François Martins.

Le président de la FAGE, favorable au retrait du CPE, s'est dit "très déçu que le Premier ministre n'ait pas su répondre à l'appel de la jeunesse hier".

Il a demandé à Dominique de Villepin de ramener les syndicats de salariés autour de la table en n'excluant pas le retrait du CPE. "Il faut que le Premier ministre trouve les mots justes, prenne des engagements fermes", a-t-il dit.

Les deux autres syndicats étudiants reçus se sont dit satisfaits. Selon le président de l'UNI Olivier Vial, Dominique de Villepin a proposé de les recevoir à nouveau "d'ici la fin de la semaine", après la décision du Conseil constitutionnel et l'intervention de Jacques Chirac.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article