CPE: proposition de loi UMP déposée "le plus vite possible" (Accoyer)

Publié le par rezeid

Les groupes UMP à l'Assemblée et au Sénat déposeront "le plus vite possible" une proposition de loi pour aménager le CPE, mais souhaitent au préalable un dialogue approfondi avec les partenaires sociaux, a annoncé samedi le patron des députés UMP Bernard Accoyer.

"Il a été décidé qu'à la suite de la déclaration du président de la République, nous nous dirigions vers une proposition de loi parlementaire qu'avec (le président du groupe UMP au Sénat) Josselin de Rohan, nous préparerons", a-t-il déclaré à l'issue d'une rencontre des responsables UMP avec le Premier ministre Dominique de Villepin, à Matignon.

"Mais d'abord, et immédiatement, dès le début de la semaine, nous souhaitons, et nous ferons tout pour, ouvrir un dialogue, un échange avec toutes les organisations syndicales, socio-professionnelles et de jeunes qui souhaiteront y participer", a ajouté M. Accoyer.

"Ce n'est qu'après ces échanges, ce travail, que nous déposerons cette proposition de loi", a précisé le député de Haute-Savoie, qui a évoqué une "atmosphère de travail, constructive, avec la volonté d'aboutir d'abord à l'apaisement, au retour au calme, au respect de la liberté d'étudier et ensuite à une solution pour que cet outil, le CPE, soit accepté par tout le monde".

Interrogé sur la date du dépôt de la proposition de loi, M. Accoyer a répondu: "nous ne nous sommes pas fixé de calendrier, nous irons le plus vite possible mais la priorité, c'est d'abord de renouer cet échange, ce dialogue pour aboutir dans le consensus".

M. de Villepin a reçu samedi matin, pendant un peu plus d'une heure, les responsables de la majorité: outre MM. Accoyer et Rohan étaient présents le président de l'UMP Nicolas Sarkozy, le ministre délégué aux Relations avec le Parlement Henri Cuq, ainsi que les présidents des deux chambres, Jean-Louis Debré (Assemblée nationale) et Christian Poncelet (Sénat).

Le secrétaire général de l'Elysée, Frédéric Salat-Baroux, était également présent à Matignon.

Dans son intervention radio-télévisée de vendredi soir, le chef de l'Etat a annoncé sa décision de promulguer la loi sur l'égalité des chances -incluant le contrat première embauche- tout en demandant au chef du gouvernement de préparer "immédiatement" une "nouvelle loi" pour "apporter deux modifications" au CPE sur "les points qui ont fait débat".

"La période (d'essai) de deux ans sera réduite à un an" et "en cas de rupture du contrat, le droit du jeune salarié à en connaître les raisons sera inscrit" dans ce nouveau texte législatif, a annoncé M. Chirac.

Commenter cet article

marc d héré 01/04/2006 23:28

Le CPE est mort, bléssé par l'attitude inconsidérée de Villepin et achevé par le Président....Estimez-vous heureux si par contagion cela n'entraîne pas le rtrait du CNE...
Marc d'Héré

MERENGUE 01/04/2006 15:02

Soutien au CPE et honte à ceux qui soutienent la chienlit et els comportements anti démocratiques.

marc d héré 01/04/2006 13:33

Une réaction à chaud à l'intervention de J. Chirac, publiée sur le blog d'Initiative Européenne et Sociale.
L’intervention de Jacques Chirac hier soir, sur le CPE, provoque une grande perplexité. Sur un plan éthique, cette déclaration est catastrophique. Promulguer avec autorité une loi, pour dans la phrase suivante annoncer qu’on la remet en chantier, touche au grandiose dans la contorsion et l’hypocrisie…et ne contribue pas à rehausser le prestige de la fonction présidentielle ni de son titulaire actuel.
Sur un plan politique, peut-être est-ce un vrai tournant qui va permettre une progressive sortie de crise.
D’une manière formelle et même si cela n’abusera au fond que peu de monde, Chirac l n’a pas cédé à « la rue », le CPE est « maintenu » et la loi votée et validée par le Conseil Constitutionnel – et ce n’est pas négligeable- a été promulguée. La droite pourra l’apprécier ou faire comme si…
Pratiquement, on peut penser que la gauche et l’extrême gauche trouveront, après cette intervention et l’ouverture qu’elle manifeste, moins de justifications à leur action de contestation, qui certes va continuer dans un premier temps, que le soutien populaire se fera moins fort. La lassitude s’ajoutant à l’ouverture de discussions parlementaires et peut-être syndicales, éclaircira sans doute peu à peu les rangs des manifestants et rendra moins abrupt le ton des opposants… Ceux qui poursuivront dans cette voie.....
La suite, si vous le voulez bien, sur:
http://initiativeeuropeenneetsociale.over-blog.com

Marc d'Héré
M