CPE: La loi pour l'égalité des chances publiée au "Journal officiel"

Publié le par rezeid

La loi pour l'égalité des chances instituant le contrat de première embauche (CPE), a été publiée au "Journal officiel" dimanche comme prévu, malgré l'insatisfaction de l'opinion publique, selon un sondage, et l'opposition des syndicats ainsi que de la gauche qui annonce une contre-attaque.

Jacques Chirac avait annoncé la promulgation du texte vendredi soir tout en demandant aux patrons de ne pas l'appliquer, dans l'attente d'une nouvelle loi pour aménager le CPE, qui sera rédigée par les parlementaires UMP. Elle portera sur les deux points les plus contestés: la période d'essai sera ramenée de deux à un an et le jeune pourra "connaître les raisons" de son licenciement, selon le président.

Théoriquement légal à partir de dimanche, le CPE ne devrait donc en pratique voir le jour qu'en sa version modifiée, qui pourrait être adoptée par le Parlement en "avril-mai", selon le député de la majorité Hervé Mariton, proche de Dominique de Villepin.

Le Premier ministre estime pour sa part dans "Le Journal du dimanche" que le chef de l'Etat a pris "une décision juste et respectueuse de nos institutions" et ne l'a pas désavoué. Il réunira lundi "tous les membres du gouvernement" à Matignon pour "fixer le cap des prochains mois" sur le front de l'emploi.

Dans le "JDD" également, la présidente du Mouvement des entreprises de France (Medef) Laurence Parisot demande d'ailleurs à ses adhérents de ne pas avoir recours à la version actuelle du CPE. "Il n'est pas de leur intérêt d'offrir un contrat de travail entaché d'insécurité juridique", estime-t-elle. Elle semble toutefois réticente à une justification formelle du licenciement, jugeant sur Europe-1 samedi que "si c'est fait par écrit, cela change le concept même de période d'essai".

Dès samedi matin, les ténors de la majorité, dont le président de l'Assemblée Jean-Louis Debré, celui l'UMP Nicolas Sarkozy et le chef des députés UMP Bernard Accoyer, se sont réunis autour du Premier ministre à Matignon pour préparer la nouvelle loi voulue par le chef de l'Etat.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article