Veracruz - Dominique de Villepin en visite privée mais hautement politique !

Publié le par rezeid

Vendredi 26 Septembre, l’ex-premier ministre Dominique de Villepin était invité par l’état de Veracruz à prononcer une conférence lors de la “Cumbre Empresarial y de Negocios” organisée du 24 au 28 septembre. Au menu: politique internationale, lutte contre le terrorisme, réflexion sur la situation économique du Mexique, des visites et des rencontres intéressantes. Le Grand journal de Veracruz y était ! Reportage.

« C’est un honneur pour moi d’être à Veracruz, car c’est ici au Mexique qu’eut lieu la première mondialisation ; quand les hommes de Cortés rencontrèrent les indigènes ce fut le début d’un nouveau monde ». C’est par ces mots que Dominique de Villepin a commencé sa conférence sur le thème: « l’Union Européenne et le Mexique » au World Trade center du port de Veracruz.

Présenté comme « un grand acteur de la paix et de la justice dans le monde » il s’est adonné durant près d’une heure à son exercice favori,  celui-là même qui le rendit célèbre à travers le monde lors de la guerre contre l’Irak: le discours libéral à forte saveur humaniste.

Un voyage privé
Sa présence à Veracruz en tant que conférencier  ne constituait pas un déplacement officiel. Rappelons que, pour l’instant, Dominique de Villepin ne bénéficie d’aucun poste au sein du gouvernement français.

De fait on a un moment pu croire à une profonde mésentente entre Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin, ce dernier n’hésitant pas à critiquer ouvertement le président français et « l’esprit de cour » qui régnerait à l’Elysée… Mais, plus récemment, l’ex-premier ministre s’est réaffirmé solidaire de l’action du gouvernement français.Il a en outre été reçu le 5 septembre à l’Elysée, lors d’un entretien au cours duquel N. Sarkozy l’a consulté sur la situation internationale, ce qui peut laisser penser à un avenir politique programmé pour l’ancien rival du candidat Sarkozy.

C’est dans ce contexte qu’il est intéressant de considérer le discours prononcé par de Villepin à Veracruz.

Dans un espagnol parfait (rappelons qu’il a passé une grande partie de sa jeunesse à Caracas, au Vénézuela), il a commencé par dresser un bilan géopolitique global du monde actuel.

Décrivant avec son panache habituel le nouvel équilibre des forces en puissance, il a fortement insisté sur la gravité de la crise financière actuelle « peut-être la plus grave depuis 50 ans (…) dont nous ne pouvons toujours pas mesurer pleinement l’importance ». Selon lui il est nécessaire de donner une nouvelle politique structurelle au système bancaire « pour que la spéculation ne domine pas, et que ceux qui spéculent payent pour les erreurs qu’ils font ».

D’autre part il a précisé que « aucun pays ne peut se développer sans prendre en compte le problème de l’inégalité sociale (…), si au États-Unis les banques donnaient de l’argent à des personnes pauvres c’est parce que, face à un système social défaillant, cela constituait un moyen de financement pour  les classes les plus démunies de la population (…).Ces dernières années aux États-Unis les riches sont devenus encore plus riches, et les pauvres toujours plus pauvres ». Des propos qui n’étonneront plus personne depuis les récentes déclarations de Sarkozy à Toulon (voir http://www.legrandjournal.com.mx/la-une/sarkozy-a-toulon-la-crise-financiere-va-toucher-le-pouvoir-dachat-des-francais).

Revenant sur le cas du Mexique, Dominique de Villepin a salué les efforts réalisé en matière d’économie et de démocratie par le Mexique au cours des dernières années. D’après lui le chemin choisit par les gouvernements successifs en matière d’ouverture économique a en partie porté ses fruits.  Il a brièvement comparé la France au Mexique, les deux partageant « une capacité explosive de révolution et de contestation », qui doit servir aux gouvernements à « constater avec lucidité ce qui ne fonctionne pas et à chercher de nouvelles solutions ».

Concernant les difficultés auxquelles le Mexique devra faire face, il a souligné le problème de la baisse prévisible de l’apport de devises de la part des travailleurs mexicains aux Etats-Unis (qui s’évaluait à plus de 23 milliards de dollars en 2007!), la concurrence de la Chine en matière de main d’œuvre bon marché, ainsi que la nécessaire réforme des infrastructures pétrolières.

La partie de son discours concernant la sécurité nationale était sans doute la plus attendue, en effet lors d’une conférence prononcée le mercredi 24 septembre au siège de PAN, de Villepin avait ouvertement critiqué la politique de militarisation mise en place par le président Calderón (voir Article). Un désaveu largement relayé par la presse qui avait mis ses hôtes dans l’embarras…

Réaffirmant ses propos, de Villepin a soutenu que, pour lutter contre le crime organisé, il fallait privilégier le renseignement et la connaissance des circuits financiers utilisé par les organisations criminelles. Il a écarté l’idée de « guerre contre le terrorisme (…) car on ne peut pas faire la guerre à  un ennemi invisible ». Il faut lutter dans le stricte cadre de l’action démocratique, et en respectant totalement l’état de droit, car sinon « il existe le risque de perdre son âme ». La meilleure arme contre le terrorisme est l’action discrète, « loin des caméras de télévision » (c’est-à-dire l’exact contraire de la médiatisation à outrance à laquelle assiste le Mexique), car « le terrorisme vit de la peur qu’il répand sur les populations ». Enfin il a souligné la nécessaire existence d’une unité nationale au-delà des clivages politiques face à une telle problématique.

Dans la dernière partie de sa conférence magistrale, de Villepin a affirmé que l’avenir du Mexique était très prometteur. En effet grâce à une démographie particulièrement jeune, le pays pourrait dans les décennies à venir faire partie des économies les plus fortes du monde. Reste pour le Mexique à marquer plus fortement son identité sur le marché mondial, faire sentir aux clients en quoi la marque “Mexique” est différente. Surtout, il conseille de réduire la dépendance vis-à-vis des États-Unis et de développer les échanges régionaux.

Selon lui “le Mexique est un bon exemple de pays qui représentent un pont entre le Nord et le Sud, c’est un pays qui comprend les problèmes du Nord, mais qui est également capable de comprendre parfaitement les problèmes des pays du Sud”. Il a finalement clos son discours en annonçant que “dans quelques jours le Mexique va a devenir membre associé stratégiquement à L’Union Européenne pour discuter les grandes problématiques de la sécurité et des questions sociales”.

Une visite également très agréable
Durant son séjour dans l’état de Veracruz Dominique de Villepin a été invité à diner chez le maire du port de Veracruz, Jon Rementería Sempé, qui est francophone. Il a également eu une entrevue privé avec l’ex-président du Chili, Eduardo Frei.

Par ailleurs il a pu se rendre jusqu’au site archéologique “el Tajín” où les projets de développement économique mis en place avec les populations indigènes lui ont été présentés. Il a participé à un rituel de purification préhispanique, même s’il a précisé “qu’il n’y croyait pas”.

Il s’est également rendu dans les municipalité de San-Raphael et Jicaltepec, qui sont le résultat d’une immigration française du  19eme siècle (voir Article). Il y a reçu un accueil chaleureux de la part de la population.

Nicolas Quirion – Le Grand Journal Veracruz – (www.legrandjournal.com.mx)

Publié dans dominiquedevillepin

Commenter cet article

nicko 02/10/2008 02:12

Quelle surprise de retrouver mon article sur ce blog...

Effectivement de Villepin a fait à Veracruz, Mexique (où je réside) un discours brillant, avec une forte tonalité humaniste.

Sa critique de la politique de militarisation du président Calderón a été un grand bol d'air frais dans le débat politique local, largement relayée par la presse nationale.

A titre personnel je considère de Villepin comme faisant partie de la droite "intelligente" (mais peut-être en est-il actuellement le seul représentant...), c'est pourquoi je poserai la question suivante avec une véritable naïveté:

Notre cher ancien premier ministre c'est-il un tant soit peu renseigné sur les qualités de son hôte à Veracruz, le gouverneur Fidel Herrera Beltrán?

En effet ce dernier est une personnalité politique pour le moins sulfureuse...

Il est tout d'abord membre du PRI, le "partido de la revolución institucional" (ça ne s'invente pas!), un parti qui a exercé un pouvoir sans partage durant 71 ans au Mexique, à base de corruption, d'assassinats politiques et de répression armée (nous célébrons demain 2 Octobre les 40 ans du massacre du Tlatelolco où furent assassinés près de 400 étudiants lors d'une marche pacifique).

Le gouverneur Fidel Herrera Beltrán a réussi en quatre ans de règne à recréer un populisme rétrograde ou la presse est sous contrôle, les journaliste menacés s'ils s'écartent de la ligne officielle...

Pendant que le gouvernement se livre à de grossiers exercice d'autosatisfaction (et invite à grand frais des personnalités telles que DDV) la population ne voit guère d'évolution. De fait Veracruz est l'un des Etat les plus pauvres, les plus violents et les plus corrompus du Mexique.

Hier un militant indigène des droit de l'homme s'est immolé devant le palais du gouvernement... Le gouverneur venait d'annuler une entrevue prévue depuis 2 ans avec son mouvement: C'était la 107 fois que ce rendez-vous était annulé!!!

http://www.jornada.unam.mx/ultimas/2008/10/01/rechaza-gobierno-de-veracruz-responsabilidad-en-inmolacion

Par rapport au contenu même de son discours, j'ai relevé que monsieur DDV conseillait en priorité de découvrir les circuit financier des réseaux terroristes...
Mais sait-il que la campagne du gouverneur a été en grande partie financée par les Zetas, le cartel de narco-trafiquants du golfe du Mexique (une information démontrée puis totalement censuré)???

Bien à vous,
N. Quirion