CPE: le Medef a fait des "propositions" pour sortir de la crise (Parisot)

Publié le par rezeid

Le Medef a fait "des propositions" pour sortir de la crise du CPE et a "le sentiment que la situation est en train de s'apaiser", a déclaré jeudi Laurence Parisot, présidente du syndicat patronal, à l'issue d'une réunion avec des parlementaires et des ministres.

Dans une déclaration lue, Mme Parisot a affirmé que l'organisation patronale a "formulé un diagnostic sur la situation, nous avons également formulé quelques pistes, quelques propositions". Elle n'a pas répondu aux questions sur le contenu de ces propositions.

Mme Parisot était accompagnée de Jean-René Buisson, président de la commission protection sociale du Medef, et de Denis Gautier-Sauvagnac, président de la commission "relations du travail" du Medef et de l'UIMM, la plus grosse fédération du syndicat patronal.

M. Gautier-Sauvagnac avait pris clairement position en faveur du CPE, alors que le Medef, tout au long de la crise entourant le contrat première embauche, n'a pas affiché un soutien aussi franc au gouvernement.

"Nous avons insisté sur le fait que s'il était dangereux pour un pays de se couper de sa jeunesse, de ne pas être capable de l'entendre, il était tout aussi dangereux de se couper de ses entreprises et de ses chefs d'entreprises", a poursuivi Mme Parisot jeudi, évoquant "certains propos au mieux ignorants et parfois irrespectueux" à l'égard des entreprises.

Le président de l'Union professionnelle artisanale (UPA), Pierre Perrin, reçu avant Mme Parisot jeudi, a pour sa part dit qu'il "(appréciait) que tous les partenaires sociaux soient remis au centre du débat" sur le CPE mais qu'il "aurait fallu y penser un peu avant".

L'UPA était la première organisation patronale reçue dans le cadre des consultations engagées avec les partenaires sociaux et menées par le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, le président du groupe UMP au Sénat, Josselin de Rohan, les ministres Jean-Louis Borloo (Cohésion sociale) et Gérard Larcher (Emploi).

Le Medef comme l'UPA ont par ailleurs insisté sur le besoin de dépasser la crise: "Il est temps que l'on retrouve la voie de la raison et que la France se remette en marche" a conclu Mme Parisot.

M. Perrin a renchéri: "la priorité (...) c'est que l'on retrouve de la sérénité dans ce pays, qu'on sorte de cet état de crise qui, immanquablement un jour ou l'autre, va peser négativement sur le secteur de l'artisanat et surtout du commerce".

La CGPME (Confédération générale des petites et moyennes entreprises) doit être reçue à son tour vendredi matin.

Le patron des patrons européens, Ernest-Antoine Seillière, ancien président du Medef, a pour sa part estimé jeudi sur Europe 1 que la crise sociale déclenchée par le CPE ne se situe pas "dans les entreprises" mais "au niveau de ceux qui nous gouvernent".

Le CPE est pour lui "un problème franco-français" alors que "presque tous les pays européens ont déjà réglé ces questions".

M. Seillière a par ailleurs jugé que "la France n'a pas réussi à faire ce qui se fait ailleurs en Europe", à savoir "un partenariat entre ceux qui produisent et ceux qui gouvernent".

Publié dans Divers

Commenter cet article