CPE: Josselin de Rohan, un chiraquien flegmatique à la poigne de fer

Publié le par rezeid

Le chef de file des sénateurs UMP, Josselin de Rohan, qui conduit avec son homologue de l'Assemblée nationale Bernard Accoyer les auditions des organisations syndicales, patronales, étudiantes et lycéennes sur le CPE, est un chiraquien flegmatique à la poigne de fer.

Peu disert, Josselin de Rohan cultive volontiers le secret. A la tête du groupe UMP du Sénat qui a perdu en septembre 2005 la majorité absolue au Palais du Luxembourg, ce proche de Jacques Chirac est parvenu jusqu'à présent à faire taire les divergences entre villepinistes et sarkozystes. Apparemment avec plus de succès que son collègue de l'Assemblée qui, chaque semaine, doit gérer les luttes d'influences entre les deux camps.

Pourtant, sa tâche n'est pas aisée avec des poids lourds sarkozystes comme François Fillon, conseiller politique du président de l'UMP, ou l'ancien ministre du Budget, Alain Lambert. Sans compter la présence dans son groupe de l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, qui s'emploie de temps à autre à faire entendre sa petite musique.

Il doit également contenir les ambitions des uns et des autres pour la conquête de la présidence du Sénat. Si en 2005, Christian Poncelet est parvenu à conserver son poste au prix d'une longue bataille, au sein du groupe, MM. Raffarin et Lambert se préparent déjà pour 2008, tout comme le vice-président du groupe, Henri de Raincourt.

Sélectionné pour le prix 2004 de l'humour politique, le sénateur UMP de l'Indre, François Gerbaud, avait mis de son côté les rieurs en 2003 pour s'être amusé des particules des figures de son groupe, le duc de Rohan, le marquis de Raincourt et Xavier Galouzeau de Villepin (ce dernier a quitté son poste de sénateur en 2005). "Ce n'est donc pas un groupe politique, c'est un accélérateur de particules", avait lancé M. Gerbaud.

14e duc de Rohan, Josselin de Rohan a présidé le conseil régional de Bretagne de 1998 à 2004. Il est propriétaire du château des Rohan, édifié à partir du XIe siècle à Josselin (Morbihan), dont il a été maire (1965-2001).

De la même promotion (Stendhal) à l'ENA que Lionel Jospin, Ernest-Antoine Seillière et Jean-Pierre Chevènement, c'est un homme à l'abord peu facile. Froid, il ne se laisse jamais aller en public et ne distille guère les petites phrases dont est friande la presse.

Agé de 67 ans, il a été élu pour la première fois au Sénat en 1983.

Ses relations avec Bernard Accoyer sont confiantes. En septembre dernier, lors des journées parlementaires de l'UMP à Evian, ils avaient tous deux lancé une mise en garde contre la tentation de la désunion en exhortant les villepinistes et les sarkozystes à taire leurs divergences.

Josselin de Rohan avait évoqué alors "une volonté extrêmement ferme" des deux présidents de groupe de "maintenir l'unité" de l'UMP. "Nous nous estimons comptables et garants de cette unité", avait ajouté M. de Rohan, en dénonçant "les chicayas".

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article