Chevènement apporte son soutien à Villepin

Publié le par rezeid

L'ancien ministre de la Défense Jean-Pierre Chevènement a déclaré jeudi qu'il ne voyait pas de raison pour Dominique de Villepin de démissionner, estimant qu'"un homme public, face à une sorte de lynchage médiatique généralisé, doit être capable de tenir".M. Chevènement a ajouté sur France Inter, à propos de l'affaire Clearstream, qu'il ne voulait pas se joindre "au choeur de tous ceux qui aujourd'hui considèrent que Dominique de Villepin est au coeur de tout cela". "Je ne le crois pas, j'ai tendance à penser que c'est plus compliqué", a-t-il dit.

 

"Dans l'affaire Clearstream, aucun fait pénalement répréhensible n'est reproché à Dominique de Villepin (...) Un homme public, face à une rumeur, à une sorte de lynchage médiatique généralisé, doit aussi être capable de tenir et de s'expliquer", a déclaré le maire de Belfort, dont le nom figure sur les listes truquées de comptes bancaires détenus par des personnalités à l'étranger.

 

"Je ne connais pas le fond de l'affaire Clearstream. Attendons d'y voir clair avant de condamner", a-t-il dit.

 

M. Chevènement, dont le nom figure dans les listes truquées de personnalités accusées d'avoir un compte secret à l'étranger, a demandé que Jean-Louis Gergorin et Imad Lahoud, abondamment cités dans l'affaire Clearstream, "s'expliquent". Il a évoqué à leur propos "un faisceau de présomptions".

 

"J'ai été mis en cause, je veux savoir par qui", a-t-il dit.

 

Selon l'ancien ministre, "c'est en allant à l'origine de l'affaire qu'on la fera avancer", car "il y a au départ une rivalité au sein d'un groupe industriel". "Il faut pousser les investigations. Et là-dessus, s'est certainement greffée une manipulation politique", a-t-il ajouté.

 

Selon le maire de Belfort, "les dégâts sont considérables pour EADS, pour la partie française d'EADS". Vice-président d'EADS, M. Gergorin a quitté ses fonctions mercredi, à sa demande, selon le groupe.

 

M. Chevènement a pointé "des moeurs répréhensibles dans les industries d'armement", "l'utilisation d'officines privées, des manoeuvres de déstabilisation, des coups tordus destinés à ruiner un concurrent".

Publié dans Divers

Commenter cet article

Fred 11/05/2006 21:31

On le savait déjà, mais cela est confirmé: Chevènement a vraiment la stature d'un Homme d'Etat... Ils sont rares ceux-là aujourd'hui !!