Attractivité des entreprises : Paris devance Londres, Francfort et... New York

Publié le par rezeid

Selon une enquête de KPMG, le coût d'implantation des entreprises est près de 10 % plus cher chez ses voisines européennes.

C'est un indicateur qui va à l'encontre des idées reçues et des discours alarmistes sur le déclin français. En comparaison des principales métropoles mondiales, Paris tire très bien son épingle du jeu dans la compétition pour attirer des entreprises sur son sol. C'est ce que révèle une étude réalisée par le cabinet KPMG Canada qui a comparé les coûts d'implantation pour les entreprises dans 128 villes situées dans 9 pays industrialisés : Canada, France, Allemagne, Italie, Japon, Pays-Bas, Royaume-Uni, États-Unis et Singapour.

"Les résultats de cette étude risquent de surprendre, ils remettent en cause pas mal de préjugés", commentait hier le directeur général de KPMG, Jacky Lintignat.

17 secteurs d'activité. Selon cette enquête, menée auprès de 2.000 entreprises dans 17 secteurs d'activité (dans l'industrie, les services, la recherche et développement, etc.), Paris s'est hissée aux 3e et 4e rangs dans plusieurs secteurs, tels l'automobile, l'aéronautique, l'électronique et la R&D biotechnologie. "Paris est donc une ville généraliste en matière d'implantation d'activités", relevait Martial Thévenot, directeur associé chez KPMG.

Au regard des principaux critères retenus (coût de l'énergie, des transports, des infrastructures, impôts, coût du travail...), la capitale française se retrouve mieux placée que ses grandes concurrentes européennes, Londres et Francfort, où le coût d'implantation dépasse de 9 %, voire presque 10 %, celui observé à Paris. New York est presque 13 % plus chère que la Cité lumière. Selon l'étude, les villes de Lyon, Montpellier et Nantes se classent, elles aussi, parmi les destinations les plus compétitives.

Dans les comparaisons entre pays, l'Hexagone se défend également très bien. Les coûts d'implantation y sont plus faibles que dans les autres pays européens étudiés (Pays-Bas, Italie et Allemagne). Tous coûts confondus et tous secteurs confondus, la France se situe en 3e position, derrière Singapour et le Canada, et devant les États-Unis. La France est particulièrement bien classée (3e ou 4e rang sur les 9 pays considérés) sur des secteurs comme la production industrielle, la fabrication de logiciels, la recherche et développement et les services aux entreprises.

Foncier raisonnable. Ce sont les coûts en matière d'énergie (2e pour l'électricité, 3e pour le gaz) qui nous favorisent le plus, ainsi que les coûts d'investissement foncier et les coûts salariaux (4e, devant l'Allemagne et le Royaume-Uni). "Les qualifications hautes, notamment, sont payées moins cher que partout ailleurs, à l'exception de Singapour", précise Martial Thévenot. À l'inverse, la fiscalité (impôt foncier, taxe professionnelle, impôt sur les sociétés) pénalise toujours la France (7e position), souligne l'étude.

Publié dans Divers

Commenter cet article