L'étau de Clearstream se desserre mais M. de Villepin reste en difficulté

Publié le par rezeid

Le Premier ministre Dominique de Villepin voit se desserrer l'étau du scandale Clearstream, mais reste en difficulté face à une majorité rétive et à une opinion publique désabusée.Le flot des révélations sur Clearstream semble se ralentir et les dernières déclarations de l'un des protagonistes de l'affaire, le général Philippe Rondot, dédouanant M. de Villepin et le président Jacques Chirac, ont plutôt conforté le chef du gouvernement.

 

Face à la motion de censure du PS, approuvée mardi par 190 députés sur 577, le Premier ministre a pu se montrer inébranlable, ignorant totalement des accusations basées uniquement selon lui sur la "calomnie" et la "rumeur".

Ses conseillers assurent qu'il est clair désormais que M. de Villepin se trouve "très à la marge d'une affaire qui est d'abord industrielle, financière".

 

Mais le chef du gouvernement doit tout de même faire face à l'hostilité latente d'une partie des députés UMP, dont beaucoup étaient absents mardi lors de sa réponse à la motion de censure.

 

Mercredi, le sarkozyste François Fillon a clairement averti qu'on n'irait "pas jusqu'à l'été sans clarifier" la situation créée par l'affaire Clearstream et "le soupçon (qui) pèse sur le Premier ministre".

 

Le député UMP villepiniste Georges Tron a lui aussi estimé qu'une telle situation "d'ambiguité" ne pouvait durer: "si ca continue il faudra poser la question de confiance", a-t-il déclaré.

 

Autre signe de tension, le président de la République a tapé du poing sur la table au conseil des ministres, demandant aux membres du gouvernement de mettre fin aux querelles internes provoquées par le scandale Clearstream.

 

L'état de l'opinion publique ne paraît pas beaucoup plus encourageant pour le Premier ministre.

 

Certes, M. de Villepin a pu se réjouir de constater que 47% des Français souhaitaient son maintien, contre 37% favorables à une démission, selon un sondage CSA publié mardi.

 

Mais sa cote de popularité reste à des niveaux extrêmement bas, malgré le léger mieux enregistré par le baromètre Ipsos Le Point à paraître jeudi (33% des personnes interrogés jugeant favorablement son action, contre 30% il y a un mois).

 

Et si les Français semblent relativement indifférents aux soubresauts de l'affaire Clearstream, ils n'en jugent pas moins sévèrement l'action du gouvernement, selon le Baromètre politique français Cevipof/ministère de l'Intérieur publié lundi.

 

L'action du gouvernement recueille 64% d'opinions négatives contre 35% d'opinions positives, selon cette enquête de grande ampleur réalisée auprès de plus de 5.000 personnes.

 

Piètre consolation pour M. de Villepin, le désaveu des Français va bien au delà du gouvernement: 69% des Français n'ont confiance "ni dans la gauche, ni dans la droite" pour gouverner le pays.

Publié dans Divers

Commenter cet article