Dominique de Villepin en Président à la Réunion

Publié le par rezeid

Applaudissements, embrassades, collier de fleurs et chorale d'enfants, Dominique de Villepin a goûté jeudi au réconfort d'un accueil quasi-triomphal à La Réunion, laissant derrière lui le "tumulte" de l'affaire Clearstream.Venu faire le point sur l'épidémie du chikungunya, largement atténuée mais qui touche encore 1.500 personnes par semaine dans l'île, le Premier ministre est arrivé les poches pleines, annonçant une série d'enveloppes pour moderniser les hôpitaux et relancer le tourisme.

 

A son arrivée à Saint-Denis, le Premier ministre a insisté sur sa "volonté d'action et de résultats, quelles que puissent être les difficultés" et "les querelles et les divisions".

Soulignant sa convergence avec le président Jacques Chirac, il renchérit: "C'est la même exigence partout sur le territoire national, c'est la même qu'il a exprimée hier (mercredi) en conseil des ministres, de l'action et du résultat".

 

Il confirme que le Centre de recherche et de veille sanitaire "sur les maladies émergentes et infectieuses" sera installé à la Réunion "d'ici à la fin de l'année", avec un premier budget de 2,2 millions d'euros.

 

Le gouvernement débloque aussi 4,5 millions d'euros pour relancer le tourisme, sinistré par la crise du chikungunya, dont 2,5 millions pour des campagnes de promotion et le reste pour développer "l'offre touristique". Et trois millions d'euros aideront à résorber l'habitat insalubre.

 

En déplacement à Saint-Paul (ouest), il visite l'hôpital où le nombre de malades du chikungunya s'est considérablement réduit, de 50 par jour au plus fort de la crise à deux ou trois ces derniers jours. La veille de son arrivée, il n'y a eu aucune nouvelle admission. "C'est un signe, ça!", plaisante M. de Villepin.

 

Faisant le tour des services, le chef du gouvernement salue et remercie le personnel, aligné le long des murs. "Merci hein, bon courage!" Dans la cour, sous les vivats, il redit au micro sa "gratitude".

 

Rejoignant la mairie à pied, il s'offre un bain de foule festif, déchaînant les applaudissements dès qu'il lève les bras pour saluer. Le long du chemin, des groupes musicaux qui reflètent la diversité des origines des Réunionnais (africaine, asiatique, indienne), et une multitude d'enfants agitant de petits drapeaux tricolores.

 

Une vieille dame se précipite pour lui déclarer qu'elle le trouve "bel homme". Le service d'ordre, hommes à oreillettes parlant dans leur manche, contient la foule en liesse.

 

Aux journalistes qui l'interrogent sur cette échappée de la grisaille parisienne, il répond: "Je suis bien ici, je suis bien à Paris (...) Je suis né requinqué!"

 

Evoquant les difficultés des dernières semaines, il assure "rester serein quelles que soient les circonstances". Sur Clearstream, il commente: "Que la politique politicienne reprenne ses droits, je le regrette, mais à un an de l'élection présidentielle, cela n'a rien d'anormal".

 

A la mairie, des rangées d'enfants entonnent La Marseillaise. Le Premier ministre réapparaît au balcon pour un nouveau salut les bras tendus.

 

A l'intérieur, il annonce encore le lancement d'un plan d'investissement de 60 millions d'euros entre 2006 et 2008 pour poursuivre la modernisation des hôpitaux et 12 millions supplémentaires pour leur fonctionnement.

Publié dans Divers

Commenter cet article