L'UMP empêche Villepin de gouverner

Publié le par rezeid

"Il est temps que Dominique de Villepin parte vers de nouveaux horizons car aujourd'hui il ne peut plus gouverner, les sarkozystes bloquent la France, c'est très grave, c'est même inadmissible, ils pensent d'abord à être réélus ensuite au pays encore une fois c'est très grave..... Villepin nous te suiverons jusqu'à l'élection présidentielle tous les jours mon blog reçoit des dizaines de messages d'encouragement nous voterons que pour toi."Rezeid

Dominique de Villepin a choisi la concertation. Mais le mariage entre Gaz de France et Suez semble aujourd’hui compromis par l'impopularité croissante du Premier ministre, qui soutient ce projet contre l'avis d'une partie de sa majorité. Ce week-end, le patron de Suez a faire savoir que si la fusion n'était pas engagée avant l'été, il envisagerait d'autres pistes. Lors de son "Grand Jury", la ministre de la Défense Michèle Alliot-Marie s’est dite favorable à ce projet.

L'avertissement du PDG de Suez
Et si la fusion GDF-Suez n’avait pas lieu ? Une perspective qui semble inquiéter Gérard Mestrallet. Alors que les options de repousser à la rentrée l'examen des projets ou, au contraire, de passer en force en juillet, avec éventuel usage de l'article 49-3 (qui permet de faire adopter un texte sans vote) sont évoquées, le patron de Suez accentue sa pression. Dans une interview au Journal du dimanche (daté 18 juin), il a fait savoir que son entreprise était prête à envisager d'autres pistes. "Si le projet n'est pas engagé de manière irréversible à l'été, je me verrai obligé de me retourner vers mon conseil d'administration, sans attendre, pour lui recommander de chercher d'autres options afin de protéger l'avenir des 160.000 salariés du groupe, tout en gardant ma capacité d'initiative", a-t-il déclaré.

A propos d'un éventuel "plan B" avec Gaz de France, Gérard Mestrallet a répondu qu'il n'y en avait pas. Avant d'ajouter : "Ceux qui pensent à des scénarios alternatifs, tels des participations croisées ou bien un plan dans lequel l'Etat resterait majoritaire, se trompent". Le groupe italien Enel ambitionne aussi de fusionner avec Suez. Et c'est justement pour contrer ce projet que Dominique de Villepin soutient la fusion avec GDF, au nom de ce qu'il appelle le "patriotisme économique". Députés et sénateurs devraient rapidement recevoir un argumentaire de trois pages préparé par les ministres de l'économie et de l'industrie, Thierry Breton et François Loos. Ce dernier juge toujours possible le vote d'une loi sur GDF au début de l'été.

Publié dans Divers

Commenter cet article