Jean-Louis Debré au JDD: "Une rupture pour la rupture n'est pas un programme"

Publié le par rezeid

"Une rupture pour la rupture n'est pas un programme", estime dans un entretien au Journal du Dimanche le président de l'Assemblée nationale Jean-Louis Debré, en se défendant de vouloir ainsi égratigner Nicolas Sarkozy, qui a préconisé une "rupture" avec toutes les politiques menées depuis 30 ans.
Fidèle parmi les fidèles de Jacques Chirac, Jean-Louis Debré n'exclut rien pour la présidentielle de 2007: "Pourquoi dernier?", demande-t-il ainsi lorsqu'on lui fait remarquer que le chef de l'Etat s'exprimera vendredi à l'occasion de son ultime 14 juillet.
"En politique comme au foot, rien n'est jamais acquis, l'histoire récente nous l'a montré (...) Que ceux qui glosent sur la présidentielle de 2007 se souviennent de 2002, quand tout le monde pariait déjà sur le 2e tour Chirac-Jospin. Ou de 1995, quand Balladur apparaissait comme le grand champion! Prudence", dit-il.
D'autant que M. Debré ne perçoit "pas chez les Français d'enthousiasme", ni "aucune vague d'adhésion pour tel ou tel présidentiable", aussi "bien à droite qu'à gauche".
Les Français, estime-t-il, assistent "sceptiques aux prémisses de l'élection présidentielle", attendent "sans trop y croire des réponses à leurs interrogations sur le devenir de notre société".
"Ils ont besoin de retrouver des certitudes, des ambitions, une raison d'espérer. Une rupture pour la rupture n'est pas un programme. Je ne rentrerai dans aucune querelle personnelle, je ne parle de personne en particulier", affirme-t-il.
Mais pour le moment, il ne voit pas se profiler "une rencontre presque sentimentale" entre un ou une candidate "et un peuple. Je ne perçois que calculs, arrières-pensées, volonté tactique, habileté stratégiques, obsessions médiatiques".
Evoquant la socialiste Ségolène Royal, il explique son "succès" par le "rejet fantastique dans l'opinion publique de ceux qui à gauche et notamment au PS briguent l'investiture présidentielle". Toutefois, note-t-il, "l'élection présidentielle est encore loin".
"Rappelez-vous Chirac en 1995: tout le monde le disait fini. beaucoup de choses peuvent encore se passer d'ici 2007", fait-il valoir.

Publié dans Divers

Commenter cet article

Fred 09/07/2006 12:47

Les Français vont avoir soif de sincérité politique et de désintéressement personnel...

Une seule personne réunit ces deux qualités: suivez mon regard !!

ALLEZ VILLEPIN !!

Marc 09/07/2006 10:11

C'est exact, je partage la même analyse que toi.
Villepin sortira grand et gagnant de cette élection puisqu'il ne joue pas de jeu de rôle... Villepin en Force pour 2007.

laetitia 09/07/2006 03:25

En gros, comprenez: Villepin va de nouveau vous faire peur (cible: Ségo et Sarko), mais vous ne vous en rendez pas encore compte car trop occuper à jouer les opportunistes. C'est le seul qui ne bouge pas de sa ligne et qui ne joue pas les ramasses miettes de la droite ou de la gauche. De plus, il a un discours CLAIR!!!!