Artisanat: 37% des embauches n'auraient pas eu lieu sans le CNE, selon l'UPA

Publié le par rezeid

Plus d'un tiers (37%) des embauches n'auraient pas eu lieu dans le secteur de l'artisanat sans l'existence du contrat nouvelles embauches (CNE), selon une enquête réalisée au cours du premier semestre 2006 auprès d'un échantillon de 3.500 entreprises pour le compte de l'UPA.

Selon cette enquête de l'institut I+C, publiée jeudi par l'Union professionnelle artisanale (UPA, organisation patronale), "un artisan sur quatre a embauché au cours du premier semestre 2006 et ils sont encore 18% à prévoir une embauche au cours du deuxième semestre, des résultats en progression depuis 2004".

Au cours du premier semestre 2006, "14% des embauches dans l'artisanat ont été réalisées en CNE. En outre, il apparaît que 28% des artisans n'auraient pas embauché et que 9% auraient retardé leur recrutement si cette nouvelle forme de contrat n'avait pas été instaurée", selon l'UPA.

Par ailleurs, "96% des bénéficiaires d'un CNE (embauchés au cours du premier semestre 2006) travaillent encore dans l'entreprise qui les a employés, soit un taux de rupture limité à 4%", et "75% des artisans prévoient de garder leurs salariés embauchés en CNE au-delà de la période de consolidation de deux ans", selon l'UPA.

Le CNE a été mis en place en août 2005 pour les entreprises de moins de 20 salariés. Ce contrat permet à l'entreprise de se séparer de son salarié sans justification durant une "période de consolidation" de deux ans.

Publié dans Emploi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

laetitia 22/07/2006 01:59

Mais 47% qui n'auraient pas été embauché, c'est à dire au chômage... Dc, il ya des points positifs, il faut savoir relativiser et faire preuve de pragmatisme.

Professeur Couillon 21/07/2006 14:43

Reste 63% des embauches qui auraient été réalisées sans le CNE, et qui l'auraient été avec un contrat clair (soit CDI, soit CDD).
Le CNE reste une précarisation idéologique du travail, l'introduction d'une flexibilité dans le marché du travail sans contrepartie aucune pour les salariés.