Villepin s'engage à "garder le rythme"

Publié le par rezeid

Le Premier ministre veut que "chaque Français puisse constater" des "améliorations" au quotidien.

  Dominique de Villepin (Assemblée nationale)
Dominique de Villepin (Assemblée nationale)
 
D ominique de Villepin veut "garder le rythme". Lors de sa dernière conférence de presse mensuelle avant la trêve estivale, le Premier ministre a prévenu lundi 31 juillet qu'il n'entendait accorder "aucune pause" à l'action gouvernementale. Avec un objectif: faire gagner la droite en 2007.
C'est au stade nautique de Mantes-la-Jolie (Yvelines), dans le quartier sensible du Val fourré, que le chef du gouvernement, accompagné de ses ministres Jean-Louis Borloo (Emploi), Thierry Breton (Economie), Azouz Begag (Promotion de l'égalité des chances) et Catherine Vautrin (Cohésion sociale) avait décidé de délocaliser sa traditionnelle conférence de presse. Auparavant, il avait visité les locaux de l'Agora, qui organise des cours d'été pour les enfants défavorisés, puis avait inspecté les activités estivales qui leur sont offertes au stade nautique.
Dominique de Villepin, qui a réalisé pas moins de six déplacements ces deux dernières semaines, entend visiblement privilégier la proximité avec les Français, alors qu'il est au plus bas dans les sondages. "J'ai voulu cet été vérifier sur le terrain que les mesures que nous avons prises s'appliquent et qu'elles marchent", a-t-il expliqué.

La continuité au programme"

S'il n'a pas annoncé lundi de mesures nouvelles, il a martelé sa volonté de continuité dans l'action gouvernementale, prenant ainsi l'exact contre-pied de la "rupture" prônée par son ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy. "Seul un travail de tous les jours nous permettra de trouver les solutions et d'apporter des résultats".
"Il est indispensable de garder le rythme de notre action au cours des mois à venir", a-t-il déclaré. Car "l'enjeu, c'est que la société française puisse aborder sereinement les échéances politiques de 2007" et "que nous ayons commencé à apporter des réponses suffisamment convaincantes aux Français pour éviter tout risque de surenchère ou d'extrémisme".
Dès lors, "le gouvernement poursuivra avec détermination son action tout au long des prochains mois pour que la situation s'améliore partout", a assuré Dominique de Villepin.
Le chef du gouvernement devait réunir en fin d'après-midi l'ensemble de ses ministres en séminaire gouvernemental à Matignon pour leur fixer leur feuille de route pour la rentrée.
"Mon objectif dans les prochains mois, c'est que chaque Français puisse constater des améliorations de la vie quotidienne", a-t-il résumé. Car "je sais que trop de Français ont encore le sentiment que rien ne change concrètement pour eux, que leur situation ne s'améliore pas".

"La baisse du chômage n'est pas un hasard"

Lors de ce séminaire, Dominique de Villepin entend se donner trois priorités en particulier: l'emploi, les PME et "l'égalité des chances". Concernant l'emploi, "je veux que nous puissions dès la rentrée prochaine renforcer les mesures existantes".
"La baisse du chômage, ce n'est pas un hasard de calendrier", a-t-il souligné au passage. "Elle ne résulte pas de l'évolution démographique comme certains le prétendent", mais "d'une politique pragmatique et volontariste".
"Il faut maintenant que cette baisse s'amplifie", a-t-il ajouté, en se fixant pour objectif de "passer sous la barre des deux millions de chômeurs au premier trimestre 2007". Après l'échec du contrat première embauche (CPE), "le problème du chômage des jeunes les moins qualifiés reste entier", a constaté Dominique de Villepin.
"Lorsque le taux de chômage des jeunes d'un quartier atteint 30 ou 40%, j'estime que les promesses de la République ne sont pas tenues".
Dominique de Villepin a par ailleurs insisté sur la bonne ambiance qui existerait selon lui au sein du gouvernement, précisant que, après avoir petit-déjeuné avec Jean-Louis Borloo, avec lequel il se dit "totalement en phase", il devait déjeuner avec Nicolas Sarkozy.
"Chacun est dans son rôle quand il défend le meilleur des projets possibles", et ce "sans perdre de vue l'ambition qui est la nôtre, qui est de faire triompher nos idées", a-t-il dit, en balayant les "petits jeux consistants à vouloir tirer la couverture à soi". Car "l'esprit, c'est bien de gagner en 2007", a-t-il lancé.

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article