Le Liban et l'égalité des chances au cœur de la conférence de Villepin

Publié le par rezeid

Pour sa dernière conférence de presse mensuelle avant la trêve estivale, le premier ministre a estimé lundi que la trêve de 48 heures des bombardements israéliens était « un premier pas, mais un pas insuffisant ». Quant à la situation nationale, il l’a martelé : « Aucune pause n’est possible » dans l’action gouvernementale.

 
Alors que Philippe Douste-Blazy, le chef de la diplomatie française, se trouve actuellement au Liban, Dominique de Villepin a consacré la première moitié de sa conférence de presse mensuelle à la situation au Proche-Orient. Pour le premier ministre, le bombardement israélien sur la ville libanaise de Cana, qui a fait plus de 50 victimes civiles dimanche, constitue « un acte injustifiable ».
 
« La radicalisation du conflit et l’engrenage de la violence » appellent à « une réponse rapide » de la communauté internationale, a poursuivi le locataire de Matignon. Il a également rappelé les grandes étapes pour un règlement politique du conflit : « la cessation immédiate des hostilités, un accord entre les partis et le déploiement d’une force internationale ».
 
La France a présenté hier un projet de résolution au Conseil de sécurité des Nations unies. Le premier ministre, qui s’est réjoui « de constater le très large consensus pour participer à une solution diplomatique à la crise », souhaite que la résolution soit adoptée « le plus vite possible ». Interrogé sur le faible nombre de pays ayant déclaré vouloir participer à une force internationale au Liban, Dominique de Villepin a dit ne pas être inquiet : « Une fois les conditions réunies et une mission claire établie, de nombreux pays participeront», assure-t-il.
 
 
Dominique de Villepin a par ailleurs précisé que le gouvernement restait mobilisé pour s’occuper au mieux des ressortissants français, et a salué le travail des militaires français et des associations qui travaillent « dans des condition difficiles ».
 
 
« Que chaque Français bénéficie des résultats obtenus »
 
 
Pour cette treizième conférence de presse mensuelle depuis son arrivée à Matignon, Dominique de Villepin avait choisi le quartier du Val-Fourré, à Mantes-la-Jolie. Dans cette cité des Yvelines, le premier ministre voit « un vrai laboratoire, un terrain d’expérimentation et des choses qui marchent ».
 
 
Entouré des ministres Jean-Louis Borloo (Emploi), Thierry Breton (Economie), Azouz Begag (Egalité des chances) et Catherine Vautrin (Cohésion sociale et parité), Dominique de Villepin a détaillé les domaines « où le gouvernement doit continuer à marquer des points » : l’emploi, l’égalité des chances et l’éducation. Objectif : que « chaque Français puisse constater des améliorations dans sa vie quotidienne». « Car, a-t-il insisté, trop de Français ont encore le sentiment que rien ne change concrètement pour eux, que leur situation ne s'améliore pas».
 
 
Dominique de Villepin entend donc poursuivre les efforts dans la lutte contre le chômage, félicitant au passage l’action de Jean-Louis Borloo. Et de répondre aux attaques de la gauche sur les derniers chiffres de l’emploi : « La baisse du chômage, n’est pas un hasard de calendrier. Faire croire cela, c’est irresponsable et c’est refuser de reconnaître les efforts accompli par nos citoyens », a dénoncé le premier ministre.
 
Avec l’approbation de Thierry Breton, qui juge l’objectif « atteignable », Dominique de Villepin a fixé le cap du « premier trimestre 2007 » pour voir le taux de chômage passer « sous la barre des 2 millions ».
 
 
Pour cela, le gouvernement va « prendre de nouvelles mesures, surtout concernant les jeunes les moins qualifiés ». « Il en va de notre pacte national », a martelé le premier ministre, précisant : « L’emploi, c’est la première marche pour rétablir l’égalité des chances ». Cédant le micro à Azouz Begag, Dominique de Villepin a laissé son ministre délégué à la Promotion de l’Egalité des chances se féliciter que « 600 entreprises aient signé la charte de la Diversité ».
 
 
Dans la « fourchette haute » de la croissance au deuxième trimestre
 
 
Le ministre de l’Economie, Thierry Breton, est également intervenu, et a souligné que « la croissance du deuxième trimestre va être bonne ». « Oui nous sommes clairement inscrit dans la fourchette 2-2.5%, et même dans la partie haute », a-t-il déclaré, précisant que les chiffres seraient rendus publics que 11 août. Thierry Breton s’est également félicité de la « très bonne entente » entre Jean-Louis Borloo, un ministre « par nature dépensier » et lui-même, « par nature économe ».
 
 
Dominique de Villepin a lui aussi balayé toute tension avec son ministre de l’Emploi, expliquant qu’il n’y avait pas de « guerre» pour annoncer le premier les chiffres de l’Emploi. Tout va bien avec Nicolas Sarkozy aussi : les deux hommes devaient déjeuner ensemble lundi midi. Pour le locataire de Matignon, il n’y a qu’un seul cap qui vaille pour son gouvernement : 2007. Dans cette optique, souligne-t-il, « aucune pause n’est possible ».

Publié dans Divers

Commenter cet article