Gérard Larcher : « Le marché du travail a changé »

Publié le par rezeid

Le ministre délégué à l'Emploi explique en quoi la baisse du chômage est durable et structurelle.

 

LE FIGARO. - La baisse de juillet porte à 260 000 le nombre de chômeurs de moins en un an, et permet de passer sous la barre des 9 %. A quoi attribuez-vous ces bons résultats, très supérieurs à la création d'emplois sur la même période ?
Gérard LARCHER. - Nous sommes sur une tendance de créations d'emplois de 150 000 par an. C'est donc d'abord le secteur marchand qui crée l'emploi même si on a encore du mal à le quantifier exactement. La reprise de la croissance économique a un effet indéniable sur la création d'emplois. Il y a en second lieu un effet du CNE que tout le monde commence à reconnaître. C'est dans les très petites entreprises que se crée la dynamique. Nous en sommes à 584 000 CNE depuis août 2005, dont au moins 10 % sont des postes qui n'auraient pas été créés sans cela, sans doute davantage, entre 60 000 et 80 000 emplois selon moi. La troisième raison de la baisse, c'est le renforcement de l'accompagnement des chômeurs et l'amélioration du service public de l'emploi. Depuis le début de l'année, l'Anpe a collecté 1,7 million d'offres, c'est 4 % de plus que sur la période équivalente de 2005 et cela équivaut à 70 000 emplois. N'oubliez pas non plus que, en rapprochant de manière plus efficace offre et demande d'emploi, on réduit la durée du chômage : une semaine de moins pour pourvoir chaque poste, cela correspond à 60 000 personnes de plus dans l'emploi. Le quatrième élément important, c'est le développement de l'alternance, en hausse de 19,7 % sur les sept premiers mois par rapport à la période équivalente de 2005 : près de 11 % sur les contrats d'apprentissage et de 36 % sur les contrats de professionnalisation. C'est un très bon indicateur des intentions d'embauches des entreprises. Enfin, il y a aussi le dynamisme de la création d'entreprises : nous en sommes à 230 000 sur douze mois, on était à 180 000 il y a trois ans, et un tiers sont le fait de chômeurs, c'est-à-dire 13 % de plus sur un an.
 

Vous faites aussi davantage de traitement social que l'an dernier et vous êtes servi par le déclin démographique ?
Nous sommes à 280 000 contrats dans le secteur non marchand, 40 000 de plus que l'an dernier, mais nous sommes encore très loin des 500 000 atteints dans les années Jospin. Quant à la population active, malgré les départs anticipés en retraite, elle continue d'augmenter, même si c'est moins rapidement qu'avant.
 

Depuis vingt ans, le chômage n'est repassé sous les 9 % qu'à deux périodes, en 1991 et 2000-2001. En quoi la baisse actuelle vous paraît plus structurelle et durable ?
Nous étions en 1991 et 2001 dans des périodes de très forte croissance. Malgré le bon résultat du deuxième trimestre, nous ne sommes pas encore à ces niveaux. Cela veut bien dire que quelque chose a changé sur le marché du travail et dans les relations du travail. C'est ce qu'il faut accentuer. Cela suppose que nous puissions approfondir la réflexion sur les mesures qui touchent au droit du travail, qu'il s'agisse du contrat de travail, du smic, de l'insertion des jeunes ou de la formation professionnelle. Et cela naturellement en concertation avec les partenaires sociaux. C'est l'enjeu des réunions que je conduis actuellement avec Jean-Louis Borloo sur la réforme du dialogue social. Si nous parvenons à créer un lieu central de dialogue social sur les questions de travail et d'emploi, nous progresserons. Ensuite, il faudra gérer la place de chacun : gouvernement, Parlement, partenaires sociaux. Je suis convaincu que l'on peut inventer un système qui ne minore personne.
 

Avant les présidentielles ?
C'est mon souhait. Nous verrons bien, lors de la réunion de la négociation collective où nous ferons le bilan de nos entretiens bilatéraux, jusqu'où les partenaires sociaux sont prêts à aller.
 

Publié dans Gouvernement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fred 07/09/2006 20:59

Laëtitia,

Deux mots d'humour:

1) Si Rezeid n'est pas revenu d'ici la fin du weekend, je propose que nous lancions un avis de recherche. A mon avis, il est fort probable qu'il ait été kidnappé par la DST !!

2)Villepin a gagné 10% dans le sondage BVA-Paris Match du mois de septembre, en passant de 28% à 38% de satisfaits. Il va falloir sérieusement songer à ralentir le rythme, car sinon il sera au-delà de 100% pour le premier tour fin avril !!

laetimeg 06/09/2006 18:32

Rien à voir avec l'article, mais où es-tu Rezeid?????
Nous attendons ton retour avec impatience!!!
Je viens de lire sur yahoo actrualités que Villepin sera interviewé sur LCP (la chaine parlementaire du cable) jeudi à 20h30. Cela durera 30 minutes.
A tous: Au fait l'un d'entre vous s'est rendue à l'Université d'été de l'UMP?