Le général a aussi livré des précisions qui, elles, viennent à la décharge de l'ex-premier ministre.

Publié le par rezeid

«A aucun moment M. de Villepin ne m'a demandé d'aller au-delà de l'enquête» visant les «personnels de la défense» qui lui avait été confiée au ministère de la défense, a ainsi certifié Philippe Rondot. Pas question, donc, d'élargir les investigations aux noms issus des milieux de la politique, de l'industrie ou de la société civile. A dater de la réunion de janvier au Quai d'Orsay et jusqu'en juillet 2004 (soit au plus fort de la période de diffusion des faux listings), «je n'ai plus eu de contact ni d'entretien avec M. de Villepin», a ajouté le général Rondot.

Ce 5 octobre au tribunal, la défense de Dominique de Villepin a cependant marqué des points importants. D'abord en faisant confirmer au général Rondot ses propos devant les juges d'instruction : le retraité a redit, «de manière solennelle, que M. de Villepin ne [lui] a jamais demandé de [s]e prêter à une quelconque manipulation des listings».

 

Puis Me Olivier Metzner a poussé le militaire dans ses retranchements : non, il ne savait pas si ses «doutes» sur la sincérité des listings – exprimés par M. Rondot à M. Gergorin, qui affirmait rencontrer souvent M. de Villepin – avaient bien été transmis à celui-ci. «Par ailleurs, j'exprimais mes doutes à Philippe Marland hebdomadairement, plus rarement au ministre. Ces doutes ont-ils été transmis plus haut ? Je n'en sais rien», a dû répondre M. Rondot.

 

Dans le même sens, le général a paru battre en retraite quand l'avocat l'a conduit à reconnaître, pour la période cruciale du dossier (de la mi-janvier à juillet 2004) : «Ce n'était pas à moi d'alerter Dominique de Villepin.» Estocade de Me Metzner : «Avant juillet 2004, rien n'indique donc que M. Dominique de Villepin ait eu conscience de la manipulation ?»  Le général Rondot a encore acquiescé.

S'intéressant à «une partie civile omniprésente», Me Olivier Metzner a même provoqué l'ire du procureur Marin, énervé d'une telle insistance à évoquer l'apparition du nom de Sarkozy dans les listings. Des «instructions du président de la République» n'étaient-elles pas mises en avant pour que le général Rondot procède à des vérifications auprès de la DGSE, a interrogé l'avocat ? «Vous avez décidé de ne pas donner suite à cette instruction du chef des armées», a-t-il pourtant remarqué, à l'adresse du militaire qui se prévaut de ces instructions au sommet pour relater ses relations avec le ministre des affaires étrangères.

 

Or, en 2004 et 2005, le défenseur de M. de Villepin a souligné que le ministère de la défense paraissait fort inquiet de «la réaction probable de Nicolas Sarkozy, s'il apprenait qu'au ministère de la défense on ne lui avait rien dit» sur la mention de son nom dans les faux listings... «On peut le dire comme ça», a répondu le général Rondot.

 

«Vous saviez, à cette époque, que la justice était saisie d'une enquête pour dénonciation calomnieuse», a poursuivi l'avocat. Mais «vous détruisez vos archives, dont un Cédérom d'Imad Lahoud», qui constituaient «la meilleure documentation disponible» pour les magistrats instructeurs de l'affaire Clearstream, les juges Jean-Marie d'Huy et Henri Pons. Ne serait-ce pas «une destruction de preuves» ? Le général Rondot a vacillé, sans répondre sur le fond : «Si j'avais dû conserver toutes les archives...» Et «dès mai 2004, vous avez averti M. Marland que Jean-Louis Gergorin est allé voir le juge Van Ruymbeke ?» «Oui», a murmuré M. Rondot. «Vous l'avez dit aussi à Michèle Alliot-Marie ?» «Oui. Mais je n'ai reçu aucune consigne particulière de Michèle Alliot-Marie ou de Philippe Marland pour transmettre des informations à la DST, au juge Van Ruymbecke ou au juge d'Huy.»

Source: www.mediapart.fr ,

Par Erich Inciyan

 

Publié dans dominiquedevillepin

Commenter cet article

rahiba 18/12/2009 10:33


bjr mr villepin je suis une ciyoyenne de la ville d'argenteuil je suis tres contente de trouver des gents qui vous aimes parce que je suis bien placer pour parler avec les gents je suis caissiére
dans une grande surface croyemoi que tous le monde vous soutient il prefere que vous presenté la france mais malheureusement mr sarkozy veut vous salir mais vous rester le meilleur pour les
francais ou meme pour les etranger j'espere de tout mon coeur et du coeur des francais j'espere que vous allez vous presenter en 2012 nous sommes la pour vous vous n'ete pas tout seul on fait tout
pour vous soutennir moralement que vous sorter net au moi de janvier comme sa les jalous ils connait leur places le premier c'est le president mr sarko mr villepin bonne chance pour l'avennir vous
ete la star de la france ne laisser pas la france touber on conte sur vous


resistance 08/11/2009 18:59


QUAND L'ESCRO SARKO ETAIT MINISTRE DE LA DEFENSE IL A FABRIQUE DES FAUX PASSPORT ET DES FAUSSE P.I. POUR DES ESCROTS JUIFS VIVANT EN ISRAEL. POUR PILLER LA FRANCE ET LES CHRETIENS. CES ESCROTS
VIVENT ACTUELLEMENT EN ISRAEL; et SARCO LEUR ENVOI DU BLE POUR LEUR MOULIN.


resistance 08/11/2009 18:49


Sarko est un juif masqué déguisé en chretien pourquoi pas neo conservateur pour piller la france ainsi que ces amis juifs placés partout dans la TELE- ASSURANCES MAIRIE DE PARIS. BANQUE - JOURNAUX
et Presse Media. IL URINE SUR LES CHRETIENS ET LES NON JUIF. Mr. villepin ON VOUS ADORE ET ON EST PRES POUR VOUS DEFENDRE AINSI QUE TOUS LES ARABES ET MUSULMAN DU MONDE ENTIER CONTRE CETTE VERMINE
ET CE CANCER.


SIRIUS 01/11/2009 18:58


L'intelligence est un don, pas un privilège, il faut la mettre au service de l'humanité. MONSIEUR DE VILLEPIN vous avez le pouvoir, et de mon avis, le devoir d'être PRESIDENT de la FRANCE. La
politique ces comme en affaire,il est primordiale de bien s'entourer, pour réussir, mais ça, vous le savez déjà....


leclere 30/10/2009 22:44


bonsoir oui je soutient dominique de villepin c est le seule qui a la stature d un vrais president et j espere qu il sera le prochain president et qu il gagne le procé contre ces zigoto