Confrontation Villepin / Rondot

Publié le par rezeid

Maire Metzner avocat de Villepin à Rondot : vous apprenez que Lahoud est en garde à vue et ensuite, j’ai du mal à comprendre pourquoi vous passez par Gergorin pour joindre Villepin qui vous appelle. Etes vous d’accord ?

 

Rondot : oui, ben non. Je n’ai pas à être d’accord. Je dis oui à la chronologie. Je ne suis pas un serpent avec un joueur de flûte.

 

Maitre Metzner : je n’ai pas de pipeau. Je ne comprend pas la circulation.

 

Rondot : vous ne comprenez pas.

 

Maitre Metzner : je ne comprend pas souven.

 

Le président : posez votre question !

 

Maitre Metzner : expliquez moi le circuit.

 

Rondot : pour un officier de renseignement, le circuit est simple. J’apprends que Lahoud est en garde à vue. Mon premier réflexe est de prévenir Gergorin qui s’occupe de Lahoud. Il est normal que Gergorin appelle Villepin et que Villepin m’appelle. Je reprends la chronologie de la rédaction de ma note. Je rédige un compte-rendu. Le week-end passe, je rédige ensuite une note pour Marland. Il n’y a pas eu de décalage. Ma note reflète ce que m’a dit Villepin.

 

Maitre Metzner : vous recevez une demande du ministre. L’exécutez vous ?

 

Rondot : je ne l’exécute pas.


18 h 20


Maître Metzner : vous dites : je reconnais avoir menti sur PV.

 

Rondot : A quel propos ?

 

Maitre Metzner : ce n’est pas à moi à répondre. vous dites avoir menti.

 

Rondot : je refuse de répondre à cette question car je n’ai pas les éléments.

 

Maitre Metzner : c’est vrai que vous refusez toujours de répondre quand vous n’avez pas de notes ….

 

Brouhaha.

 

Maitre Metzner : un ministre vous appelle, selon vos notes, vous ne le rappelez pas pour rendre compte.

 

Rondot : il ne me demande pas de rendre compte. Il me demande de libérer Lahoud, ce que je ne fais pas.

 

Maitre Metzner : vous refusez de rappeller un ministre.

 

Rondot : ce n’est pas mon ministre.

 

 

Maitre Brossolet, autre avocat de Villepin : avez-vous la capacité de faire libérer une source ?

 

Rondot : je n’ai aucune capacité.

 

Mautre Brossolet : pourquoi Villepin vous aurait demandé de libérer Lahoud ?

 

Rondot : je ne suis pas dans la tête de Villepin.

Source: la tribune, à suivre sur le site internet

Publié dans dominiquedevillepin

Commenter cet article

fraikech@hotmail.com 28/01/2010 12:47


Ici au Maroc on jamais cru à la culpabilité de ce grand enfant de la France que nous aimons.


Abderrahmane Fraikech 28/01/2010 12:43


Quel bonheur ,monsieur Devillepin est relaxé


KOHLER REMY 28/01/2010 12:38


J'espère maintenant que vous allez vous présenter aux prochaines élections présidentielles afin que le NAIN prenne une claque.


Treigner 28/01/2010 12:33


Bravo M. de Villepin !
Bravo Madame la Justice !


clain 28/01/2010 09:21


l avenir , nous appartiens et personne ne peu detourner la marche du progres et l acheminement final d un homme de talent et d ouverture d esprit . que dieu lui garde et qu il ai assez de force
pour cette epreuve, et le grand jour viendras ou il trionfera du mal et il sera au sommet . cjp de la reunion .