Un tiers des parents contourne la carte scolaire

Publié le par rezeid

Dérogations, départs vers le privé, astuces en tous genres, les Parisiens sont des champions de l'évitement de la carte scolaire.

 
LES PARENTS n'ont pas attendu les politiques pour desserrer le carcan rigide de la carte scolaire. Créée en 1963 pour favoriser la mixité sociale, cette obligation de scolariser ses enfants dans le quartier où l'on vit ne répond plus au désir de «consumérisme scolaire» des familles. A Paris, une étude publiée par la revue Éducation et formations en juin 2005, ne cache pas l'ampleur du phénomène : pas moins de 40% des élèves parisiens inscrits en sixième éviteraient le collège public auquel la carte scolaire les rattache. Et les profs sont deux fois plus nombreux que la moyenne à pratiquer ce sport national ! En province, les études remontent à 2001. Elles montrent que 30% des parents réussissent à inscrire leurs enfants dans un collège hors de leur secteur.
 
Comment font ces petits malins qui se jouent de la contrainte ? Certains choisissent d'inscrire leurs enfants dans des collèges privés ou demandent le plus légalement du monde des dérogations. Mais comme celles-ci sont désormais accordées au compte-gouttes, les parents rivalisent d'imagination pour arriver à leurs fins.
 
C'est le cas de Dominique, 30 ans, architecte, père de deux enfants qui auraient dû être scolarisés dans un collège difficile d'un quartier sensible de Bagnolet. «Je ne voulais pas que mes enfants aillent dans ce collège réputé très moyen. J'ai loué une chambre de bonne dans un beau quartier parisien et proposé à d'autres parents d'ouvrir un compteur EDF ou une ligne de téléphone chez moi. Nous partageons le montant de la location.» Le succès a été immédiat : pas moins de quatre couples avec sept enfants vivent officiellement dans 12 m2 !
 
Moins audacieux mais tout aussi têtu pour le bien-être scolaire de ses enfants : Nicolas, qui réside dans un quartier sensible d'Ivry. Au moment de l'inscription en primaire de ses trois enfants, il s'est fait domicilier chez une amie dans le centre-ville bourgeois de Charenton. «A la mairie, nous avons expliqué que nous élevions ensemble mes enfants, je n'ai pas eu le moindre souci, il y a tellement de familles éclatées.»
 
Le système D
 
D'autres domicilient leurs enfants chez la nounou, les grands-parents ou l'oncle Arthur. Plus classique, certaines familles sont passés maîtres dans l'art de dénicher les options rares et poussent leurs enfants à faire du chinois ou du japonais pour décrocher des collèges ou lycées d'élite. Quand on n'y arrive pas, on change d'adresse. Les agents immobiliers sont intarissables. «Cette contrainte influe sur les prix», confie un agent immobilier parisien.
 
Pour tenter d'enrayer l'hémorragie annoncée des cadres et des classes moyennes, les principaux de certains collèges proposent des classes européennes, artistiques ou musicales. «C'est à cause de toutes ces options que le phénomène de contournement est difficilement quantifiable, prévient Daniel Robin, chargé des statistiques au SNES. Comment distinguer une manoeuvre d'évitement d'un choix pédagogique mûrement réfléchi ?»
 
Une enquête récente de la Peep montre que 25% des parents veulent supprimer la carte scolaire tandis que 50% pensent qu'il faut l'assouplir. Autant dire l'enterrer... C'est qui se passe à Moulin, où le maire UMP, Pierre-André Périssol qui gère une douzaine d'écoles primaires et plusieurs collèges dont certains classés en ZEP. «Pour que les parents ne fuient pas un établissement au profit d'un autre, il faut veiller à ce que les performances des écoles et collèges de la ville soient comparables, explique-t-il. Si elles ne le sont pas, il faut réagir très vite avec des moyens supplémentaires, de nouveaux enseignants, motivés par des incitations financières.» Une initiative locale difficile à mettre en place sur une grande échelle.

Publié dans Divers

Commenter cet article

Education des Enfants 15/09/2006 08:45

Vous parlez d'éducation des enfants, allez voir là bas des cours très pédagogues sur l'éducation des enfants.
http://www.torah-box.com/cours/hinoukh-education-des-enfants,36

Fred 14/09/2006 21:31

D'ailleurs, il va falloir que Villepin ralentisse un peu sa progression, car à force de prendre 5 ou 10 points par mois suivant les sondages, on va aborder le premier tour au mois d'avril en étant déjà à 70%...

laetitia 14/09/2006 03:31

38% d'opinion favorable pour Villepin d'après Paris-Match, 41% d'après l'Ipsos...si ça continue comme ça on va les atteindre les 50% ou plus!!!! Ce serait un sacré coup porté à tous ceux qui voyait Villepin mort, cuit,sur le départ, sans soutien du peuple...
Comme on le dit depuis le début, tout le monde sous-estime Villepin, à commencer par la presse qui n'a pas cessé de le lincher depuis des mois...mais comme on dit il n'y a que les crétins qui ne changent pas d'avis!!!Même la presse se rend compte qu'il est de nouveau dans la course...Avez-vous entendu certains commentaires??? Ils n'attendent que la confrontation Villepin/Sarko car j'ai bien peur que leur duo Sarko/Ségo commence à saouler les français... A gauche même si c'est pathétique et pitoyable, au moins il y a plusieurs point de vue qui s'exprime en fonction des candidatures mais à droite, il ny a que Sarko qui souhaite dicter sa loi, qu'il arrête de rêver! En plus avec ses positions sur la guerre en Irak, sarko fait une erreur monumentale...