Villepin contredit Fillon sur les retraites

Publié le par rezeid

MONTLHERY, Essonne (Reuters) - Le gouvernement n'a pas de projet de réforme des régimes spéciaux de retraite, déclare mercredi Dominique de Villepin, qui a lancé une mise en garde contre le risque de "monter" des Français contre d'autres.

En marge d'un déplacement à Montlhéry, près de Paris, le Premier ministre a rappelé que son prédécesseur Jean-Pierre Raffarin et le président Jacques Chirac avaient fait en 2003 une "réforme ambitieuse et courageuse" des retraites.

Un rendez-vous est prévu en 2008 pour faire le point sur cette réforme et ses suites éventuelles. "Il y a beaucoup de sujets sur la table, il n'y a pas que celui des régimes spéciaux", a souligné Dominique de Villepin.

"Que l'ensemble de ces données soient au fil des années mises à plat, cela me paraît nécessaire", a-t-il dit. "Il faut le faire avec beaucoup de respect, beaucoup de concertation avec le souci de veiller à ne pas monter certains Français contre d'autres."

"En tout état de cause, il n'y a pas de projet du gouvernement concernant les régimes spéciaux" de retraite, a ajouté le chef du gouvernement.

Il répondait ainsi au sénateur François Fillon, conseiller politique du président de l'UMP, Nicolas Sarkozy, qui s'est prononcé pour un alignement des régimes spéciaux de retraite sur le régime général dès le début de la prochaine législature.

Les déclarations au journal Le Parisien de l'ancien ministre des Affaires sociales, auteur de la réforme de 2003, ont provoqué un tollé dans l'opposition et du côté des syndicats.

Le premier secrétaire du Parti socialiste, François Hollande, a ainsi dénoncé mercredi une "provocation", qui montre selon lui "le sens de la politique qui serait conduite" si Nicolas Sarkozy remporte l'élection présidentielle de 2007.

"Les Français sont parfaitement informés. S'ils veulent qu'on remette en cause l'ensemble des acquis sociaux, qu'on aggrave encore les régimes de retraite, ils peuvent voter tout à fait librement pour Nicolas Sarkozy et François Fillon", a-t-il déclaré à l'Assemblée nationale.

EMBARRAS DE LA MAJORITE

Les déclarations de François Fillon embarrassent aussi un gouvernement et une majorité empêtrés dans un débat houleux sur l'avenir de Gaz de France au Parlement.

Le président UMP de l'Assemblée nationale, Jean-Louis Debré, a ainsi jugé ces propos "inutiles, inopportuns et maladroits".

L'alignement des régimes spéciaux sur le régime général "n'est en aucun cas un projet du gouvernement", a pour sa part déclaré le ministre délégué au budget, Jean-François Copé, lors du compte rendu du conseil des ministres.

Un autre membre du gouvernement, le ministre de la Justice, Pascal Clément, a estimé sur LCI qu'il fallait "toujours enclencher" le dialogue social "avant de dire des choses qui sont difficiles à entendre".

Un avis partagé par Jean-Pierre Raffarin, qui a jugé la déclaration de son ancien ministre des Affaires sociales "quelque peu prématurée".

Le rendez-vous de 2008 "doit faire l'objet d'une très large concertation, d'un très large dialogue", a confirmé Dominique de Villepin. "Nous avons un Conseil d'orientation des retraites qui est le lieu idéal où le débat peut se nouer."

"Je crois qu'il est important à chaque étape de tirer les leçons de l'expérience : concertation, dialogue", a ajouté le Premier ministre, auquel il a été reproché de n'avoir pas assez dialogué avec les partenaires sociaux, notamment à propos du "contrat première embauche" (CPE) qu'il a dû abandonner au printemps sous la pression de la rue.

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article