Villepin: la baisse du chômage n'est pas "due au hasard"

Publié le par rezeid

Dominique de Villepin a défendu vendredi à Oullins (Rhône) l'action de son gouvernement en matière de chômage, attribuant la baisse encourageante de ces derniers mois à sa détermination, son "pragmatisme" et sa volonté de mieux cibler les réponses.

"Depuis plusieurs mois, à chaque fois que les chiffres du chômage sont publiés, j'entends un certain nombre d'explications", a ironisé le Premier ministre lors d'un point-presse dans les bureaux de l'ANPE. "La baisse du chômage serait due au hasard, au mieux à l'évolution de la démographie, au pire à une augmentation des radiations", a-t-il noté avant de réfuter ces arguments.

"Mon objectif, ce ne sont pas les chiffres", a avancé le chef du gouvernement. "Mon objectif, c'est que la situation des Français s'améliore et qu'ils puissent toucher du doigt la baisse du chômage".

Sur la démographie, il a expliqué que la population active continuait d'augmenter. Jusqu'en 2007, sa croissance annuelle "devrait continuer sur le rythme observé en moyenne depuis 1970. Ce n'est qu'alors que ce rythme ralentira", a-t-il affirmé.

Ensuite, entre juillet 2005 et juillet 2006, "les radiations sont restées stables par rapport à la même période de l'année précédente", a-t-il ajouté.

Rappelant son objectif "pour cette législature" de passer sous la barre des deux millions de chômeurs, il s'est engagé à "réduire encore le chômage structurel pour parvenir à un taux de l'ordre de 5 à 6%", créer des parcours professionnels mieux sécurisés, et améliorer la qualité de l'emploi.

"La précarité du travail ne peut pas être le prix à payer pour la baisse du chômage", a-t-il affirmé.

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gilles 16/09/2006 14:13

personne ne peut douter de la détermination de notre jeune premier ministre. mais contrairement à ce qu'il dit l'évolution démographique de notre population active est un fait incontestable que lui envient certes les tenants de la gauche.
Même si le nombre de postes marchands a très légerement augmenté, sans les départs en retraite massifs de ceux nés en 1946 cette année, nos résultats ne seraient pas à la hauteur de nos attentes.
Le CNE permet aux PME de recruter alors que certaines seraient il est vrai restées dans l'attente, ceci est incontestable, le CPE aurait lui aussi autorisé au moins 30 à50 000 nouveaux emplois si la négociation avait été menée avec plus de finesse et non pas en force comme ce fut le cas par de Villepin (c'est un fait vérifiable)
Il ne suffit pas d'avoir raison encore faut il que le peuple l'accepte.