Villepin présente des mesures pour rapprocher l'université du monde de l'emploi

Publié le par rezeid

Le Premier ministre Dominique de Villepin a proposé mardi des mesures pour rapprocher l'université du monde du travail et favoriser ainsi l'insertion des jeunes, reprenant les conclusions de la Commission Université-Emploi formée aux lendemains de la crise du CPE.S'adressant, à la Sorbonne, à un parterre de représentants du monde de l'éducation, Dominique de Villepin s'est engagé à mettre en oeuvre "très rapidement" plusieurs mesures du rapport que lui a présenté la Commission du débat national Université-Emploi. La Commission, présidée par Patrick Hetzel, recteur de l'académie de Limoges, avait été mise en place le 25 avril, après la crise du contrat première embauche (CPE).

 

Saluant "les propositions concrètes et innovantes" de la Commission, Dominique de Villepin a déclaré qu'il fallait "aujourd'hui avancer sur deux chantiers majeurs": "l'orientation des élèves" et "l'insertion professionelle des étudiants".

 

Pour le premier de ces chantiers, le Premier ministre a annoncé qu'un entretien d'orientation sera rendu obligatoire en 3ème ainsi qu'en 1ère ou à la fin du premier trimestre de terminale. Ensuite, a précisé M. de Villepin, reprenant les préconisations de la Commission, chaque élève de terminale exprimera ses voeux d'orientation dans "un dossier unique d'accès à l'enseignement supérieur".

 

Il sera ensuite proposé à chaque étudiant "un contrat avec l'université" qu'il a choisie, a ajouté le Premier ministre qui a précisé qu'"à l'issue du premier semestre (ndr: de la première année universitaire) un bilan sera établi".

 

Chaque université devra "mettre en place un service des emplois, des stages et des carrières". Enfin, toujours pour améliorer l'orientation, "un observatoire des parcours des étudiants et de leur insertion professionnelle" sera créé dans chaque université, sur le modèle du dispositif mis en place à l'université de Marne-la-Vallée, a précisé le Premier ministre.

 

A propos du deuxième "chantier", l'insertion professionnelle des étudiants, M. de Villepin a rendu compte d'un certain nombre de propositions présentées par la Commission. Parmi celles-ci figure le fait de "rendre obligatoire, dans toutes les licences, l'acquisition des compétences indispensables pour trouver un emploi: maitriser une langue étrangère, savoir utiliser l'outil informatique, rédiger un CV ou encore savoir conduire un entretien d'embauche".

 

Figure également la proposition d'un "parcours professionnalisé en 3ème année de licence à tous les étudiants qui le souhaitent". Enfin, la Commission souhaite que soit mis en place "un semestre ou une année de césure entre la licence et le master".

 

Insistant sur la nécessité de rapprocher l'Université du monde du travail, "une idée qui n'allait pas de soi il y a quelques années", a remarqué le Premier ministre, il a souligné qu'il fallait "encourager l'apprentissage et l'alternance".

 

Dans son rapport, la Commission est partie du constat que le taux d'échec pour les bacheliers entrés dans le supérieur est trop élevé: 20%, soit 80.000 jeunes, quittent l'enseignement supérieur sans diplôme tandis qu'un tiers des inscrits en première année d'université redouble.

 

Du côté des syndicats, Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU a fait remarquer que "si l'Université ne peut ignorer la question des débouchés, une adaptation à très court terme - ndr: au monde du travail - pouvait être contre-productive".

 

Tandis que Bruno Julliard, président de l'Unef estimait que "la montagne accouche quand même d'une souris", assurant qu'il aurait fallu "modifier le budget 2007", pour lutter efficacement contre l'échec à l'université.

Publié dans Divers

Commenter cet article