Nicolas Sarkozy, il faut nous écouter !, par Dominique Bussereau

Publié le par rezeid

Le Conseil National de l’UMP, qui se déroule aujourd’hui, est un moment important pour notre famille politique majoritaire et de ce fait aussi, un moment important pour le débat démocratique dans notre pays. L’UMP est un grand rassemblement issu de l’union des familles gaulliste, libérale, centriste et républicaine. Depuis quatre ans, transcendant ces familles, des sensibilités diverses mais fortes s’expriment au sein de l’Union, lui donnant une grande richesse et des atouts politiques nouveaux.
 
En raison de cette diversité même, le projet de l’UMP est celui qui a le plus de chances de convenir à l’ensemble des Français, à la condition que nous renforcions notre union. Notre projet pour les législatives sera présenté le 16 novembre : il se doit de rassembler toutes les sensibilités. Celle à laquelle j’appartiens doit être mieux entendue.
 
Nous devons en effet nous rassembler, car nous avons un impératif de victoire en 2007. Le retour des socialistes signifierait la rechute.
 
Pourquoi vouloir remettre en selle des méthodes qui n’ont pas marché ?
 
Pourquoi promettre l’augmentation des prélèvements obligatoires, pour les entreprises et les ménages, alors que l’économie française a retrouvé le chemin de la croissance et de l’emploi ?
 
Dès 1998, à l’initiative de Michel Barnier, Jacques Barrot, de Dominique Perben et de Jean-Pierre Raffarin, s’est créé Dialogue & Initiative, une plate-forme politique qui fut la première maquette de l’Union pour un Mouvement Populaire avec l’Union en Mouvement. Comptant aujourd’hui parmi ses membres une dizaine de Ministres, une centaine de Députés et de Sénateurs, Dialogue & Initiative a structuré ses travaux autour de dix convictions initiales, puis de vingt-cinq propositions.
 
L’identité de la France doit rester le socle de notre action. La première nécessité du prochain quinquennat sera de redonner sens aux composantes essentielles de notre identité : les Chrétiens ont construit notre assise spirituelle sur l’amour, qui deviendra la fraternité, les penseurs des Lumières ont défendu l’idée que l’homme doit se conduire d’après sa raison, et les Républicains ont instruit le peuple, afin que les élites soient choisies pour leurs compétences et leurs mérites. Sur cette base, notre projet doit être créatif, et bâti à partir de notre expérience. Comme le souligne Jean-Pierre Raffarin, il faut le bon dosage de continuité et de changement. Nous affirmons notre fidélité à l’approche pragmatique, qui permet d’obtenir les meilleurs résultats.
 
Nous l’avons vu avec les succès obtenus par le Gouvernement de Dominique de Villepin dans la lutte contre le chômage.
 
Face au problème de l’insécurité, notre seconde priorité, nous voulons une police de terrain et d’intervention capable de mettre en œuvre à la fois une politique de présence dans les quartiers, mais aussi de dissuasion et de réparation immédiate dès le premier délit. Le Parti Socialiste promettait de lutter contre le sentiment d’insécurité ; Nicolas Sarkozy a promis à l’inverse de faire disparaître le sentiment d’impunité. Le rapport du Sénat sur les banlieues préconise un nouveau pacte de solidarité pour réduire le chômage dans les quartiers en difficulté et enrayer le phénomène des ghettos.
 
Nous réaffirmons la confiance dans les valeurs, en proposant la création d’un Code républicain qui reprendrait les principes républicains, expliquerait le fonctionnement de nos institutions et détaillerait le contenu de valeurs essentielles comme la laïcité. Le Code républicain serait signé par chaque citoyen, à sa majorité ou lors de l’acquisition de la nationalité française.
 
Concernant l’augmentation du pouvoir d’achat, notre troisième priorité, nous demandons un plan de relance de la participation. Il faut un meilleur partage des bénéfices. Ainsi, les livrets d’épargne salariale devraient être proposés à tous les salariés et les entreprises du CAC 40 atteindre une participation minimale de 5% de leurs salariés dans leur capital.
 
Afin de remettre nos Universités dans la course, nous proposons de doter la recherche de 10 milliards d’euros supplémentaires pendant cinq ans.
 
Cette loi de programme, en 2008, devrait également impliquer davantage les régions et les entreprises dans le développement de l’enseignement supérieur et de la recherche. Dans notre esprit, la dotation publique doit se combiner avec d’autres méthodes, toujours dans un souci de pragmatisme et d’efficacité.
 
Enfin, la France doit avoir les moyens de se protéger des désordres du monde, comme le terrorisme ou l’immigration clandestine. Afin de pouvoir faire face aux risques, la France doit maintenir un effort de défense qui doit être durablement supérieur à 2% de notre PIB.
 
Les propositions établies au sein de Dialogue & Initiative sous la conduite de Jean-Pierre Raffarin sont une source d’inspiration importante pour l’UMP. Nous souhaitons que Nicolas Sarkozy considère avec attention ces propositions libérales, sociales et républicaines. Un projet équilibré et partagé constitue le gage le plus sûr en vue du rassemblement des forces et peut, seul, nous permettre de l’emporter.

Publié dans Divers

Commenter cet article

laetimeg@yahoo.fr 16/11/2006 14:07

Oui, il faut écouter car la rebellion est en marche et en ordre de bataille!!!