Dupont-Aignan parle de "mascarade démocratique"à l'UMP

Publié le par rezeid

INFORMATION:  Le député UMP Nicolas Dupont-Aignan, candidat déclaré à l'élection présidentielle de 2007, considère que le processus de désignation du candidat UMP n'est que du "toc" puisque seul Nicolas Sarkozy y a sa place, a-t-il estimé, mercredi 22 novembre, lors d'une conférence de presse.

L'intervention de Nicolas Dupont-Aignan à télécharger sur le monde:

http://www.lemonde.fr/web/video/0,47-0@2-823448,54-837612,0.html?xtor=RSS-823353

Le programme de l'UMP "pas en mesure de rassembler les Français", selon Nicolas Dupont-Aignan

Nicolas Dupont-Aignan, candidat outsider de l'UMP à la présidentielle, critique dans une interview à paraître mercredi dans "La Croix" le "refus de la démocratie" de son parti et estime que son programme "n'est pas en mesure de rassembler les Français".

Constatant que l'UMP "paie le refus de la démocratie en son sein", Nicolas Dupont-Aignan, député-maire UMP de l'Essonne, président de "Debout la République", critique durement sa formation: "Non seulement le débat n'a pas eu lieu mais le programme arrêté n'est pas en mesure de rassembler les Français", martèle-t-il.

"C'est un projet libéral à l'américaine dans lequel ne peuvent pas se reconnaître les gaullistes et républicains", dit-il avant d'ajouter: "C'est un contresens institutionnel (...) Tout ça n'est donc à mes yeux qu'une mascarade."

Nicolas Dupont-Aignan reproche au programme de l'UMP "son orientation européenne", qui "bafoue ouvertement le vote des Français en 2005 (...) pour le non", se dit "opposé à toute forme de discrimination positive" et "conteste le souhait exprimé en filigrane de remettre en cause la loi de 1905 sur la laïcité", refusant aussi "un libéralisme primaire" qu'il "ne partage pas".

"L'UMP n'est pas un parti monolithique, il y a en son sein deux traditions historiques, l'une libérale et européenne, l'autre gaulliste et républicaine. Nicolas Sarkozy aurait pu tenter de les rassembler mais il n'y est pas parvenu. Il semble donc de plus en plus évident qu'il ne sera pas le seul candidat de notre parti", ajoute-t-il, jugeant que le processus de désignation au sein de l'UMP a été "conçu sur mesure pour Nicolas Sarkozy qui veut se donner les apparences de la démocratie interne sans la pratiquer".

Le député précise enfin qu'il "compte bien être présent à l'élection présidentielle quoi qu'il arrive", avec un "projet gaulliste qui se traduise par une réorientation complète de la politique européenne".

Publié dans Divers

Commenter cet article