Le chômage stable en octobre

Publié le par rezeid

Dominique de Villepin admet que les chiffres du chômage, à paraître jeudi, devraient être moins bons que prévus.

L e chômage "devrait rester stable au mois d'octobre", a annoncé Dominique de Villepin lors de sa conférence de presse mensuelle, mercredi 29 novembre.
"Au troisième trimestre, la croissance a marqué une pause et cela s'est répercuté sur l'emploi, qui devrait rester stable au mois d'octobre", a déclaré le Premier ministre.
Le chef du gouvernement avait déjà laissé entendre lundi que les chiffres d'octobre, qui doivent être publiés jeudi par le ministère de l'Emploi, seraient "sans doute" moins bons que prévus en raison de la stagnation de la croissance au troisième trimestre.
"Les résultats ne sont pas à la hauteur de nos attentes", a-t-il reconnu mercredi. "Je le dis très clairement: ce n'est pas à la hauteur des ambitions que nous avons pour la France".

"Priorité des priorités"

Dominique de Villepin a cependant estimé que la baisse du chômage observée depuis un an et demi "est une réalité". Grâce aux mesures prises par le gouvernement, "nous sommes passés d'un taux de chômage de 10,2% à un taux de 8,8%", a-t-il rappelé. "Depuis un an et demi, nous sommes parvenus à débloquer l'emploi dans notre pays", a souligné le Premier ministre.


Le chef du gouvernement a donc réaffirmé sa "priorité des priorités", "donner un emploi à chacun". Il a insisté sur la nécessité de répondre à "l'urgence absolue" du chômage des jeunes.
En septembre, le taux de chômage était passé sous la barre symbolique des 9% à 8,8% de la population active au sens du BIT (Bureau international du travail). Le nombre de chômeurs s'établissait fin septembre à 2.119.300, soit 30.400 de moins que fin août.
La décrue du chômage a déjà connu un trou d'air en août, avec une légère progression de 0,1 point à 9%, après 16 mois de baisse.

"Sous la barre des 8% en 2007"

Le président Jacques Chirac s'est fixé pour objectif de passer "sous la barre des 8% en 2007". Le 31 octobre, le ministre délégué à l'Emploi Gérard Larcher avait pronostiqué un taux de chômage de 8,6% pour la fin 2006, de 8,4% "au moment des élections" et de 8% fin 2007.
Selon les estimations de l'Insee publiées le 10 novembre, la France a connu une croissance du Produit intérieur brut (PIB) nulle au troisième trimestre 2006. Un "accident statistique", relativisé par Bercy.
Le ministre de l'Economie et des Finances Thierry Breton a d'ailleurs maintenu ses prévisions d'une croissance comprise entre 2% et 2,5% cette année, promettant même un "bon quatrième trimestre".

Publié dans Divers

Commenter cet article