Villepin cible l'emploi des jeunes et le secteur automobile

Publié le par rezeid

Dominique de Villepin a annoncé mercredi des crédits supplémentaires de 400 millions d'euros sur trois ans en faveur du secteur automobile, ainsi que des mesures d'accompagnement renforcées pour les jeunes demandeurs d'emploi face à un taux de chômage "stable".
Lors de sa 17e conférence de presse mensuelle, le Premier ministre a déploré des chiffres de l'emploi "pas à la hauteur des ambitions" du gouvernement en octobre, mais il s'est dit optimiste pour les perspectives économiques de la France malgré la pause de la croissance au troisième trimestre.
Le taux de chômage s'établissait à 8,8% de la population active en septembre. Les chiffres d'octobre seront rendus publics jeudi matin.
"Nous ne sommes pas au rendez-vous d'une confiance béate, nous sommes au rendez-vous de l'action", a souligné Dominique de Villepin.
Soucieux de marquer des points sur le front de l'emploi avant la présidentielle de 2007, le chef du gouvernement s'est fixé pour "urgence absolue le chômage des jeunes", qui reste un point noir.
Ciblant les 500.000 emplois non pourvus aujourd'hui en France dans les secteurs "pénuriques" (agriculture, bâtiment, commerce, hôtellerie, restauration, industrie mécanique), il a annoncé une augmentation du crédit d'impôt, de 1.000 à 1.500 euros, pour inciter les jeunes à s'orienter vers ces gisements d'emplois.
"Désormais, un jeune qui est embauché pendant plus de six mois dans un de ces secteurs paiera 1.500 euros d'impôts en moins s'il est imposable ou recevra un chèque de 1.500 euros s'il ne l'est pas", a-t-il précisé.
La prime de mobilité sera également revalorisée à 2.000 euros contre 1.500 euros actuellement pour les chômeurs qui acceptent un emploi à plus de 200 kilomètres de chez eux.
L'ANPE renforcera par ailleurs le suivi des 190.000 jeunes qui se retrouvent sur le marché de l'emploi chaque année avec peu ou pas de qualifications.
S'agissant des femmes, qui représentent 80% des employés en temps partiel, et des seniors, Dominique de Villepin attend des "conclusions concrètes" sur les moyens d'améliorer leur situation de la conférence sur l'emploi et les revenus du 14 décembre.
LA PRIME DE NOËl RECONDUITE
Dominique de Villepin a par ailleurs annoncé sa décision de reconduire - sans la revaloriser comme le réclamait la CGT - la prime exceptionnelle de Noël versée aux bénéficiaires du revenu minimum d'insertion (RMI) et de l'allocation spécifique de solidarité (ASS). Elle s'élève à 320,14 euros pour un couple avec deux enfants et 152,45 euros pour une personne seule.
Autre priorité pour le gouvernement : "le choix d'une industrie forte" en injectant des fonds dans la recherche et l'innovation.
Après avoir annoncé un plan de soutien au secteur aéronautique, le Premier ministre prend des mesures en faveur de la filière automobile, qui souffre de la stagnation des ventes de véhicules, des prix élevés des matières premières et de la concurrence des sociétés asiatiques.
Il avait organisé mercredi sa conférence de presse dans les locaux de l'équipementier Valeo, à Bobigny (Seine-Saint-Denis).
Les équipementiers automobiles, sur lesquels les constructeurs font pression pour qu'ils réduisent leurs prix, souffrent de problèmes de flux de trésorerie et ont averti que plus de 5.000 emplois pourraient disparaître dans le secteur.
Dominique de Villepin est prêt à passer par la loi pour réduire les délais de paiement si les constructeurs ne parviennent pas à un accord avec les équipementiers et les sous-traitants d'ici au 15 janvier. Dans la plupart des pays européens, la pratique est de 30 à 60 jours alors qu'en France, la moyenne est supérieure à 100 jours.
Au total, 250 millions d'euros seront débloqués en 2007, via l'Agence de l'innovation industrielle (AII) pour soutenir notamment les programmes de recherche sur l'hybride diesel du groupe PSA et le système "stop and go" de Valeo. Le plafond du crédit d'impôt recherche par société sera par ailleurs doublé pour atteindre 16 millions d'euros.
Cent cinquante millions d'euros seront investis sur trois ans pour la formation et le reclassement de 20.000 salariés du secteur.

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article