Clearstream : Dominique de Villepin, simple témoin

Publié le par rezeid

 Les juges n'ont recueilli aucune charge contre le premier ministre.

 
LES JUGES Jean-Marie d'Huy et Henri Pons ont tranché. Dominique de Villepin sera entendu en qualité de « simple témoin » dans l'affaire Clearstream. Cette décision signifie qu'aucune charge n'existe contre l'actuel premier ministre.
 

Depuis plusieurs mois, certaines parties civiles et quelques observateurs judiciaires annonçaient pourtant une convocation comme « témoin assisté », voire une mise en examen pour Dominique de Villepin. Mais les deux juges se sont ­finalement rangés à l'analyse du parquet et ont surtout constaté qu'en l'état actuel de leur procédure, ils pouvaient difficilement prendre une autre décision que celle annoncée samedi. Car après dix mois d'investigations exceptionnellement actives, aucun élément n'est venu accréditer l'hypothèse que Dominique de Villepin aurait été impliqué de près ou de loin dans la falsification des listings de Clearstream ou dans la transmission de ces documents au juge Renaud Van Ruymbeke, en mai et juin 2004.

 

Dédouané, malgré des notes embarrassantes, par le général Rondot, puis par Jean-Louis Gergorin, l'ancien vice-président d'EADS qui a reconnu être l'auteur des envois anonymes, le premier ministre a malgré tout été la cible principale de l'enquête. Ainsi, depuis le mois de septembre, les auditions politiques se sont multipliées, notamment celles de l'ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin et de l'ex-ministre des ­Affaires étrangères ­Michel Barnier. Si celui-ci n'a pas ménagé son prédécesseur au Quai d'Orsay, pas un des témoignages recueillis n'a rendu possible des poursuites pour complicité de faux et de dénonciation calomnieuse.

 

Dans les prochaines semaines, Dominique de Villepin se rendra donc au pôle financier, débarrassé des soupçons judiciaires, afin de ­livrer sa version de l'histoire. Mercredi prochain, comme le veut la règle, et comme ce fut le cas pour Michèle Alliot-Marie, le Conseil des ministres autorisera cette audition, la date restant ensuite à fixer. Après les six heures d'interro­gatoire de Jean-Pierre Raffarin et la douzaine d'heures de Michèle Alliot-Marie, le premier ministre peut donc s'attendre à passer un très long moment avec les juges Pons et d'Huy. Pourquoi a-t-il ­demandé, en janvier 2004, une ­enquête au général Rondot ? Que savait-il de l'origine des listings ? Pourquoi n'a-t-il pas alerté la justice des risques de manipulation ? Telles devraient être quelques-unes des questions des juges.

 

Des moyens judiciaires jamais vus

 

Sur le fond, les explications de Dominique de Villepin ne devraient guère éclairer une histoire qui demeure d'une totale opacité. Car si l'enquête a mobilisé des moyens judiciaires jamais vus pour une histoire de « dénonciation calomnieuse » - les deux ­juges se sont consacrés presque exclusivement à ce dossier depuis le mois de février -, l'énigme demeure entière. Certes, Jean-Louis Gergorin a avoué être le corbeau mais l'informaticien Imad Lahoud, bien que mis en examen, nie être le falsificateur des listings. Surtout, les juges n'ont aucun élément susceptible d'identifier d'autres intervenants dans la dénonciation.

 

En se focalisant sur sa dimension politique, les magistrats ont ainsi « oublié » les fondements de leur dossier, comme la confrontation jamais organisée entre Ger­gorin et Lahoud. Leur décision concernant le premier ministre ­signe en quelque sorte l'échec de leur stratégie.

 

Parallèlement, le ministre de l'Intérieur a fait transmettre aux magistrats ses agendas pour l'année 2004 afin de répondre à Imad Lahoud, qui a affirmé l'avoir rencontré à deux reprises.

 

Dans un dossier de plus en plus confus, la décision des deux juges d'instruction d'entendre Dominique de Villepin comme simple témoin devrait mettre un terme judiciaire à un dossier qui avait pris, au printemps, des allures d'affaire d'État.

Publié dans Divers

Commenter cet article

La Babole 06/12/2006 14:17

La Babole (petite bonne femme illustrée) donne son avis sur cette audition : http://lababole.arviblog.com/article-105375.html ;-)

A bientôt