Embouteillage de textes pour la fin de la législature

Publié le par rezeid

Députés et sénateurs s'interrogent sur l'opportunité d'examiner des textes importants à quelques mois de la présidentielle.

 
«GOUVERNER et légiférer jusqu'au bout » : lors du pot de fin de session parlementaire, le 19 décembre, Dominique de Villepin a de nouveau répété le mot d'ordre, qu'il rappelle inlassablement aux députés depuis des mois. Alors que les ministres se pressent pour rallier Nicolas Sarkozy, le président de la République a lui-même pris soin de rappeler le gouvernement à l'ordre, lors du conseil des ministres du 6 décembre : « Vous êtes là d'abord pour gouverner et agir. »
 
Mais les députés sont obsédés par leur réélection, et donc par leur campagne électorale. « On a parfois besoin de députés sur nos textes mais ils désertent de plus en plus l'Assemblée pour rejoindre leur circonscription. Avoir un nombre suffisant de personnes en commission n'est plus toujours évident », témoigne le conseiller d'un ministre.
 
Le Parlement doit en théorie siéger jusqu'au 22 février, et se réunir en Congrès à Versailles pour adopter deux lois consti­tutionnelles très contestées à l'UMP : la réforme du statut pénal du chef de l'État, qui vient en discussion le 16 janvier à l'Assemblée, et le gel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie pour les élections provinciales, déjà adopté par les députés. Certes, ces deux réformes correspondent à des engagements du chef de l'État, mais les élus UMP, à commencer par leur président de groupe, Bernard Accoyer, se demandent encore pourquoi il était si urgent de les faire adopter solennellement à quelques semaines du premier tour de l'élection présidentielle.
 
Le président de l'Assemblée nationale, Jean-Louis Debré, a lui aussi tiré la sonnette d'alarme sur la réforme du statut pénal du chef de l'État, qui prévoit que le Parlement, réuni en Haute Cour, peut voter à la majorité des 3/5e l'empêchement du président de la République, en cas de manquement grave incompatible avec sa fonction. Le président en cours d'exercice ne peut ni être entendu ni poursuivi, mais son immunité prendra fin un mois après la fin de son mandat.
 
D'autres textes en navette entre l'Assemblée et le Sénat sont plus consensuels et devraient donc normalement être approuvés avant les élections : le projet de loi instaurant la parité hommes femmes dans les exécutifs des collectivités locales de plus de 3 500 habitants, déjà adopté au Sénat, vient en examen à l'Assemblée la troisième semaine de janvier. La réforme des tutelles et des curatelles, qui concerne plusieurs millions de personnes handicapées ou atteintes de démence sénile, sera aussi inscrite à l'ordre du jour en début d'année à l'Assemblée. Ce texte tient particulièrement à coeur aux parlementaires UMP.
 
Le retour des peines planchers
 
L'Assemblée reprendra ses travaux, le 9 janvier, par la réforme de la protection de l'enfance, également très demandée. Les députés vont aussi examiner le projet de loi sur la télévision du futur, ainsi que le texte améliorant l'accès au crédit au profit des personnes atteintes d'un risque médicalement aggravé. Adopté par les députés en première lecture, le projet de Nicolas Sarkozy sur la prévention de la délinquance va maintenant être examiné par les sénateurs.
 
Il est probable que la question de l'instauration de peines planchers pour les mineurs multirécidivistes sera à nouveau évoquée, même si cette mesure ne figure pas dans le texte du ministre de l'Intérieur. En revanche, l'instauration de peines minimales en cas de multirécidive est inscrite dans le programme législatif de l'UMP pour 2007.
 
Jean-Louis Borloo veut par ailleurs faire passer deux dispositions, l'une sur l'instauration d'un « bouclier social » pour les PME, l'autre sur l'extension du champ des crédits d'impôts liés à l'emploi d'un service à domicile. Mais le groupe UMP est en conflit avec le gouvernement sur ce dernier point et de l'avis de Bernard Accoyer, « cette mesure ne passera pas ».
 
Les députés UMP ont demandé instamment au gouvernement de ne pas trop charger la barque. Certains ministres, dont Thierry Breton, pourraient en faire les frais. Le ministre de l'Économie a préparé un projet de loi sur la consommation, qui crée notamment les fameuses « class actions » (des actions de groupe permettant à des victimes de porter plainte ensemble), mais cette procédure, très utilisée aux Etats-Unis, serait une véritable révolution en droit français. Ce texte n'est pas, pour l'heure, inscrit à l'ordre du jour.

Publié dans Divers

Commenter cet article

Message pour SAMIRA 03/01/2007 10:23

Samira, depuis bientôt 15 jours vous avez fait apparition sur nos blogs pro-villepin sans que l'on vous connaisse, vous avez laissé votre mail une fois qui n'est pas le bon: samira@yahoo.fr et qui rappelle une manière de fonctionner d'une personne qu'on connait!
Je vous demande de bien vouloir laisser votre mail pour que l'on puisse entrer en contact à:
blogvillepin@yahoo.fr
Bien Cordialement

samira 03/01/2007 04:45

Merci infiniment Yannick pour cette info. Vous êtes un amour!

Nous sommes, nous les soutiens de Dominique de Villepin, à l'abri de ressembler à ceux qui n'ont rien à dire sur le fond des sujets et attaquent les personnes de manière basse, calomnieuse et honteuse, en étant bien entendu masqués comme des corbeaux.

Une simple lecture des messages des mercenaires des adversaires de Dominique de Villepin dans le jeu politique, nous indiquent combien leurs maitres manquent de consistance. Leurs incompétences ne laissent en effet, à leurs mercenaires, que la statégie de l'attaque primaire, celle assise sur aucune réflexion, ni sur aucun projet pertinent pour notre pays.

Nous continuerons notre chemin en parlant des compétences de notre cher DDV et elle sont innombrables. Nous avons l'embarras du choix tant l'homme est intellectuellement remarquable. Il se situe bien au dessus de la mêlée.

Nous mettrons aussi en exergue toutes les avancées qu'il a apporté à notre société en seulement très peu de temps de gestion des affaires de l'Etat.Là aussi les sujets traités sont nombreux: relance de la croissance, modernisation des services de l'Etat, école, petite enfance, politique familiale, industrie, recherche...

C'est la raison pour laquelle nous voterons pour que Dominique de Villepin devienne le Président de tous les Français afin qu'il continue le bon travail qu'il a enclenché en investissant, comme il a commencé à le faire, pour ancrer encore davantage la France dans les domaines de l'innovation et de la recherche, seule planche de salut pour nous permettre de créer les emplois d'aujourd'hui et de demain (donc promesse de lendemains meilleurs pour tous), dans une économie devenue mondialisée.

La France de Dominique de Villepin sera une France forte, tout en restant fidèle à ses convictions et à ses idéaux. Grâce à lui, elle restera une seule communauté nationale. Les Français n'accepteront jamais la communautarisation de leur pays comme le veut l'admirateur béat des sociétés anglosaxonnes, j'ai nommé N. Sarkozy. Riez bien chers amis sarkozystes, vous ne rierez plus longtemps. Les Français ne sont pas nés de la veille et avec un peu de chance les journalistes finiront par traduire en bon Français le programme de N. Sarkozy. Si vous aimez vous aussi la France, vous comprendrez de quels apprentis sorciers, Jacques Chirac parlait dans son messages de voeux, et vous servirez vous aussi alors l'intérêt supérieur de notre France bien aimée, en ne votant pas pour celui qui veut la communautariser mais en votant pour celui qui, comme Dominique de Villepin, y est farouchement opposé!

Sur le plan du mieux-être socio-économique pour tous, il faut être patients car les résultats de Dominique de Villepin sont déjà extraordinaires en si peu de temps. Il est long d'effacer les longues années de démobilisation des individus, dus aux gouvernements socialistes, assistés et relayés par des associations promptes parfois à exploiter la misère des autres.

Samira

samira 01/01/2007 16:55

Oui, des dangers sérieux rôdent autour de nous et de notre idéal républicain. Dans ces conditions la tentation du repli engendré par la peur peut nous inciter à vouloir nous accrocher à un père, à une famille, à du connu.

Je pense que ce serait une erreur de refuser de se tourner résolument vers l'écriture d'une nouvelle page de notre Histoire, car dans une situation où tout le monde aspire aujourd'hui à un renouveau, il faut accepter de se tourner vers l'avenir dans la gaité et avec forte détermination.

Dominique de Villepin peut à la fois incarner ce renouveau tout en l'inscrivant dans la fidélité à ses pères spirituels, dont Jacques Chirac fait partie, et dans le respect de notre héritage. Il faut aujourd'hui travailler à lui faire de la place et toute la place qu'il mérite. Il a les épaules larges et solides, une volonté d'acier, un humanisme et un amour des autres que l'on sent continuellement dans son sourire et dans son regard, une connaissance et une maîtrise d'une multitude de domaines qui n'est donnée qu'à très peu d'hommes politiques, une solidité psychologique à faire pâlir d'envie les candidats actuels (Ségo et Sarko), un sens du recul et une bienviellance qui seront utiles pour décrisper des millions de concitoyens qui sont stressés par les difficultés de la vie quotidienne, une carrure de grand homme d'Etat grâce à sa parfaite compétence sur la scène internationale. Pour ne rien gâcher au tableau, il a aussi une élégance naturelle ectraordinaire qui fera honneur à la France qu'il représentera à l'étranger.

Dominique de Villepin permettra à la France de continuer à occuper une place enviée à l'international et renforcera l'unité de la Nation. Nous devons nous tenir prêts pour lui permettre de faire rayonner notre pays.

Bonne année à tous, chers amis.

Samira

samira 31/12/2006 14:37


Bonjour Marie, bonjour à tous,

Vous n'aurez pas à voter pour Ségolène Royal car vous aurez la fierté et l'honneur de voter pour Dominique de Villepin, tout comme des millions de Français attachés à la grandeur de notre pays. DDV ne nous laissera pas tomber, tout simplement car il ne laissera pas tomber la France. Il a grandit en cotoyant l'Histoire que ce soit dans les livres ou grâce à son papa qui est lui aussi un serviteur de la Nation. Il le disait lors de son passage à "Ripostes" où son papa avait eu l'honneur d'accueillir, à l'étranger, le général de Gaulle. Il n'est donc pas possible qu'il se plie au dictat d'un parti politique. C'est la France que Dominique de Villepin sert et c'est à la volonté de la France qu'il se soumettra et à elle seule.

Il est invraisemblable que certains aujourd'hui pense à de Gaulle en voulant pousser les Français à voter Nicolas sarkozy. C'est une offense faite à la mémoire de de Gaulle! S'ils avaient été contemporains Sarkozy aurait été considéré comme un adversaire à écarter d'urgence par le Général de Gaulle, pour la simple raison que Sarkozy est un atlantiste et est prêt à mettre ses pas dans ceux des Américains. Le général avait une très haute opinion de ce que devait âtre l'indépendance politique et militaire de la France dont le rayonnement international dépendait. Il ne se soumettait qu'à la France et à aucune autre puissance.Sarkozy est l'anti-thèse de de Gaulle et ça il faudra bien l'expliquer aux Français le moment venu!

Les Américains ont très mauvaise presse dans le monde entier (à part quelques rares pays) car ils ne respectent pas les peuples et leurs histoires. Ils nous ont entrainé au bord de la troisième guerre mondiale à cause de leur incompétence qui s'est illustré par l'attaque de l'Irak. Si Sarkozy avait été alors président, nous serions aujourd'hui en guerre car il était favorable à ce que la France soit au côté des américains dans cette opération où ils n'ont pas cessé de mentir. Il y a seulement quelques jours dans des grands journaux américains, des journalistes américains expliquaient aux Américains que c'est Dominique de Villepin qui avait raison lorsqu'il avait prononcé son discours à l'ONU. Quelle fierté nous pouvons ressentir! Vous vous imaginez dans quels beaux draps nous serions si nous avions eu un Sarkozy qui dirigeait la diplomatie de la France: des milliers de morts sur les bras et sur la conscience. Pour que la France garde sa place, pour qu'elle continue à jouer son rôle de défenseur d'un certain idéal (rôle que de nombreux peuples dans le monde saluent), il nous faut un Président qui connaisse les peuples et leurs histoires, comme Dominique de Villepin. A côté de lui Ségo et Sarko sont des nains. Ils sont l'ombre quand lui représente la culture, le savoir, donc la lumière.

Aujourd'hui les Américains ont fait éxécuté Saddam Hussein, le jour même de la fête la plus importante pour le monde musulman. Il est vraisemblable que cela restera dans la mémoire de tous les peuples musulmans. Cela sera interprété comme une provocation venant du monde occidental. Imaginez que l'on exécute un homme de pouvoir chrétien le jour de Noël et vous comprendrez ce que peuvent aujourd'hui ressentir des centaines de millions de personnes, cela sans aucune référence à l'action de tel ou tel homme politique, car là n'est pas la question. Pour rien au monde la France ne doit tombé aux mains d'atlantistes comme Sarkozy ou de personnalités incultes sur le plan de la diplomatie comme le sont aussi bien Roiyal que Sarkozy!

Dès que l'on parlera de politique internationale, car c'est le premier rôle de notre président (nous représenter à l'étranger), les Français comprendront où sont les intérêts de notre pays. Villepin sera notre Président. Il ne faut pas en douter. Nous l'aiderons en mettant à sa disposition nos petits bras pour expliquer les enjeux à nos concitoyens à travers, nos villes et nos villages. La presse ne fait plus son travail d'information et de décryptage, ce sera à nous tous de le faire. Le peuple sera plus fort que la presse et que ceux qui pensent avoir aujourd'hui tout bouclé et tout plié. Un peuple est toujours le plus fort.

Samira

marie alexandra 31/12/2006 04:22

Mon bulletin de vote sera pour vous, Mr le 1er, ou pour Madame ROYALE! j'ai toujours voté RPR puis UMP depuis 15 ans mais si vous ne vous présentez pas, Mr le 1er ministre, je voterai sans aucun état d'âme contre SARKO!
je ne veux pas de cet homme qui me fait peur et me rend mal à l'aise dès que j'écoute la radio ou la télé et qu'il parle!
Il est vecteur de haine, de désunion, je préfère, encore..., la Ségo qui ne me plait pas mais ne me fait pas peur! je veux que mes enfants vivent avec un chef de l'état qui ne soit pas effrayant! je ne veux pas leur enseigner la soif du pouvoir!
Mr le 1er ministre, défendez nous svp!