Jean-Louis Debré s'entête dans son refus de soutenir Sarkozy

Publié le par rezeid

Fidèle au président de la République, Jean-Louis Debré refuse de voter pour Nicolas Sarkozy lors du scrutin interne de l'UMP. Le président de l'Assemblée national attend, pour se prononcer, de connaître le ou les candidats définitif(s) de la droite et le top départ de Jacques Chirac.

Le très chiraquien Jean-Louis Debré a déclaré ce vendredi sur RTL qu'il ne votera pas pour Nicolas Sarkozy lors du scrutin interne de l'UMP pour le "soutien" du candidat du parti à l'élection présidentielle. Le président de l'Assemblée nationale tient à "savoir, avant de [se] prononcer définitivement, qui seront les candidats représentant la droite et le centre".

Le député de l'Eure a évoqué les hypothétiques candidatures de Michèle Alliot-Marie, pour laquelle il a "beaucoup de sympathie", Dominique de Villepin et Jean-Louis Borloo. En fidèle de toujours de Jacques Chirac, il n'a également pas exclu une nouvelle candidature du président de la République.

Jean-Louis Debré sera tout de même présent au congrès de l'UMP du 14 janvier prochain, qui verra la désignation du candidat désigné par les adhérents. Dans l'état actuel des choses, Nicolas Sarkozy, étant l'unique candidat, est assuré d'être adoubé, la seule inconnue de ce scrutin qui se tient par Internet et dans les bureaux de l'UMP, du 1er au 14 janvier, sera donc le pourcentage du vote blanc chez les militants. Une chose est sûre, l'un d'eux ne sera pas celui de Jean-Louis Debré. L'élu a, lui, choisi... l'abstention comme mode d'expression.

Le coup d'envoi de la campagne, selon Jean-Louis Debré, devrait être donné par Jacques Chirac, le "chef de [sa] famille politique". Le responsable chiraquien prendra donc position lorsque son chef lui aura donné son consentement. Une bénédiction qu'une grande majorité de la droite, Nicolas Sarkozy en tête, n'a pas attendue.

Plusieurs voix s'élèvent donc, à commencer par celle du président de l'Assemblée nationale, pour s'insurger contre "le mélange des genres" de Nicolas Sarkozy. Voyage ministériel, tournée électorale, les déplacements du ministre de l'Intérieur font débat, à l'image de son voyage en Corse de ce jour. Beaucoup demandent ainsi son départ du gouvernement. Jean-Louis Debré estime même que celui-ci aurait dû intervenir "depuis longtemps".

En fait de départ, il y en a un qui semble se préparer, celui de Jean-Louis Debré lui-même. Il se murmure en effet dans les couloirs de la République que Jacques Chirac verrait bien son protégé quitter son perchoir parlementaire pour prendre la tête du Conseil constitutionnel. Considérant l'opposition farouche de l'élu de l'Eure à Nicolas Sarkozy, se mettre à l'abri du côté du Palais Royal apparaît comme une sage décision.

Publié dans Divers

Commenter cet article

yannick 06/01/2007 02:22

Le Figaro : la campagne présidentielle va encore réserver "des surprises"

"Fort de son expérience de 1995 et de 2002, le président est bien placé pour se dire qu'une campagne électorale se gagne dans la dernière ligne droite. Dominique de Villepin, qui a pris une part déterminante à ces victoires, est sur la même longueur d'ondes." nous dit le Figaro d'aujourd'hui.

Le Figaro ajoute

Les choses sérieuses n'ont « pas commencé », confiait-il hier à l'Élysée. « Nous sommes aujourd'hui dans une équation de départ, pas dans une équation d'arrivée. » Dénonçant « des scénarios sans imagination », le premier ministre voulait croire que la campagne allait encore réserver « des surprises ».

Dans toutes les grandes démocraties occidentales, les batailles électorales ont réservé de telles surprises, comme on l'a vu récemment en Allemagne, expliquait-il. Pour Dominique de Villepin, en tout cas, depuis le 31 décembre, l'Élysée et Matignon « ont abordé tous les projets présidentiels ». « Le souffle vient de là, a-t-il ajouté. Le travail du gouvernement, sous l'égide du président, est en avance sur le travail des partis. »

De tels commentaires de la bouche-même du Premier Ministre ne peuvent que donner du baume au coeur et de l'enthousiasme aux militants villepinistes que nous sommes !


Au niveau des "prétendants" on parle beaucoup (pour ne pas dire uniquement) de ceux qui gesticulent ou qui font de grands "effets de manchette".
Beaucoup moins (pour ne pas dire pas du tout) de ceux qui s'affairent à servir le pays et qui sont à la tâche et dont l'envergure présidentielle est sans commune mesure avec les premiers.
Et si la surprise venait de celui qui incarne le mieux ce schéma,et dont on oublie bien souvent le bilan extrêmement positif de ses efforts au service du pays, c'est-à-dire le Premier des ministres Dominique de villepin.Un gaulliste infatigable qui a toujours privilègié les intérêts de la france avant tout intérêt personnel.
NB.j'apprécie beaucoup les lettres de samira.C'est une villipiniste de la 1ere heure comme moi.
Nous attendons impatiemment la candidature de notre champion.
vivre le multilatéralisme.
Villepin président.
yannick

mathilde 06/01/2007 00:00

Sarkozystes passez votre chemin: lorsque l'on aime la France et son héritage, on ne change pas d'avis aussi simplement. Nous ne changerons donc pas d'avis. Les amis de DDV et de la droite de de Gaulle ne soutiennent pas uniquement des hommes. Ils soutiennent surtout et avant tout la vision que ces hommes nourissent pour leur pays la France. Nous ne sommes donc pas un club de fans idôlatres comme peuvent parfois l'être les supporters de Sarko. Notre seule idole, c'est la France! C'est pourquoi, les hommes vers lesquels vont notre coeur et notre esprit, ne peuvent être que de fidèles serviteurs de l'idéal français, comme le sont notre Premier ministre et notre Président de la République.

Sarkozystes, si vous aimez véritablement la France pour ce qu'elle symbolise et pour ce qu'elle a toujours été, et non pas pour le clientélisme et ce qu'elle peut apporter comme commodités à vos chefs, alors soutenez ceux qui respectent l'héritage français et non pas ceux qui n'ont de cesse de vouloir lui faire oublier cet héritage.

Votre Sarkozy est manifestement un Français qui n'a pas eu la chance d'être éduqué dans la connaissance de ce qu'est la particularité de la France. C'est pour cette raison qu'il veut rompre avec tout ce qui compte pour le peuple de la Gaulle. A méditer!

Samira