Objectif de taux de chômage à 6% pour Dominique de Villepin

Publié le par rezeid

Objectif 6% de taux chômage : Dominique de Villepin s'est projeté lundi dans l'avenir, à l'instar de Jacques Chirac, pour prôner "une politique de l'emploi active" sans "pause, ni retour en arrière" au cours des dix prochaines années.

"Nous serons passés en deux ans de plus de 10% à 8% de taux de chômage. L'objectif, désormais, c'est de passer de 8% à 6%", a dit le Premier ministre lors de la remise du rapport annuel du Centre d'analyse stratégique, l'ex-commissariat au Plan.

Dominique de Villepin n'a pas fixé de calendrier.

Le taux de chômage s'est établi à 8,7% de la population active en novembre 2006, son niveau le plus bas depuis juillet 2001.

"Partant de ces résultats, nous devons être très lucides sur l'évolution de l'emploi en France au cours des dix prochaines années", a souligné Dominique de Villepin, dont le mandat s'achève dans moins de quatre mois.

"Le chômage ne baissera pas sans une politique de l'emploi active. (...) Notre pays ne peut se permettre ni pause, ni retour en arrière", a-t-il lancé, comme une invite aux futurs tenants de l'exécutif.

Le Premier ministre a rejeté les "logiques malthusiennes" et souhaité de "nouveaux instruments".

"L'évolution de la démographie n'entraînera pas mécaniquement une baisse du chômage. Ce n'est pas parce que la population active diminuera que le chômage disparaîtra", a-t-il jugé.

"FLEXI-SECURITE A LA FRANÇAISE"

Au nombre des nouvelles pistes, Dominique de Villepin a défendu le projet controversé de fusion entre l'ANPE et l'Unedic avancé par Jacques Chirac.

"Il faut y aller étape par étape, avec le souci de prendre en compte les réserves, les susceptibilités, les inquiétudes, voire les peurs de chacun. Il faut voir comment l'ensemble s'articule et, bien sûr, le faire directement en relation avec les intéressés eux-mêmes", a-t-il précisé.

Il a de nouveau plaidé pour une "flexi-sécurité à la française" et une "remise à plat" du système d'allocations-chômage.

Relevant le risque d'un marché du travail à deux vitesses en en France, le rapport du Centre d'analyse stratégique, intitulé "La société française : entre convergences et nouveaux clivages", propose l'institution d'une année de formation gratuite pour les moins qualifiés.

"Dans les dix ans qui suivent l'entrée sur le marché du travail, une année de formation complète devrait être offerte à tous ceux qui n'auraient pas atteint un certain niveau d'études ou de qualification", a dit Dominique de Villepin.

Le rapport préconise en outre un dispositif financier en faveur des jeunes sans ressources suffisantes qui souhaitent acquérir une qualification ou un diplôme de bon niveau.

"Poursuivre la réforme des bourses est une piste. Elle pourrait s'accompagner de la mise en place d'un système de prêts avantageux", a avancé le Premier ministre, qui a demandé au Centre d'analyse stratégique des propositions d'ici le 15 février.

Publié dans Emploi

Commenter cet article

Samira 09/01/2007 09:47

Voici un autre message publié sur le blog de Pierre-Luc Séguillon:

"J’ai trop ancrée au fond de moi la passion de mon pays pour me retirer sur l’Aventin.
J’ai envie d’exprimer moi-même, et d’entendre de la part des candidats, un certain nombre d’idées auxquelles je crois.

Et d’abord l’amour de la France. De ce qu’elle est, de ce qu’elle doit demeurer.
Je crois à la vertu de fidélité, y compris chez les peuples.
Je crois en une France fidèle à elle-même.
Fidèle à son histoire, à sa culture, à sa langue, à ses valeurs.
Fidèle au « modèle » économique et social qu’elle a construit au fil des décennies, c’est-à-dire à l’équilibre entre l’esprit d’entreprise et l’économie de marché, sources de toute richesse d’un côté, et, de l’autre côté, l’élan de fraternité et de solidarité, l’exigence de protection collective sans lesquels la volonté de vivre ensemble qui définit le sentiment national s’étiole. La recherche de cet équilibre est un combat de tous les jours. Mais elle fait la beauté de notre aventure commune.

Fidélité de la France encore à sa vocation européenne et internationale : faire entendre une voix libre, qui parle de paix, de coopération, de développement, de justice, de gouvernance mondiale plutôt que de confrontation ou de coercition."

Pensez-vous que ces passages décrive les sentiments de Dominique de Villepin? Cela se pourrait n'est-ce pas tant cela ressemble à la deuxième Droite dont je vous parlais. Ces propos appartiennent en réalité à Alain Juppé. Remarquez aussi comment son message, que vous retrouverez aisémment, décris que de nombreuses personnes lui demanderaient actuellement de se présenter. C'est donc encore une fois la démonstration que de nombreux électeurs de Droite ne reconnaissent aucune légitimité à sarkozy pour défendre leurs sensibilté politique.

Reconnaissez-vous en Nicolas Sarkozy une quelquonque fidélité à ce qu'est la France que décris Juppé? Non, et pourtant Monsieur Juppé se range en sardine dans la boîte de Sarkozy. Vous ne trouvez pas que tous ces balets sont très étranges? Cela met mal à l'aise. Que se passe t-il réellement à l'UMP pour que des personnes comme Juppé ou Raffarin qui clamment à longueur de leurs écrits ou de leur interventions qu'ils ne partagent rien avec Nicolas Sarkozy en terme d'idées politiques pour notre pays, se rangent comme des petits pois derrière lui?

On nous dit que ces ralliements qui sentent le "forcé" et la "résignation" et le "défaitisme" seraient pour rassembler. Rassembler pour quoi faire? Pour que tous ces gens conservent leurs pouvoir et privilèges?

Nous ne nous rassemblerons pas pour envoyer la France au diable. Contrairement aux hommes et femmes politiques, les électeurs n'ont ,eux, rien à monnayer. C'est pour cette raison qu'ils donneront une claque à tous ceux qui ont vendu leur âme pour des sucettes. C'est pour cette raison qu'ils refuseront ce rassemblement qui fera que la France tournera le dos à la France.

Plus que jamais ce sont les idées que nous devons défendre et non pas les hommes. Les hommes politiques ne devraient être là que pour servir le destin de leur pays la France!